Actualités

BAT-royaume-uni-contrebande-tabac

La contrebande au Royaume-Uni interroge sur le rôle de British American Tobacco

En Biélorussie, une entreprise publique est accusée d’alimenter massivement la contrebande de cigarettes en Europe, et plus particulièrement au Royaume-Uni. Cette accusation soulève la responsabilité du fabricant British American Tobacco (BAT), pour qui l’entreprise biélorusse produit chaque année des millions de paquets[1].

Le fabricant Neman Tobacco Factory, implantée à Hrodna (Grodno), est une entreprise partenaire de BAT, pour qui elle fabrique, à destination du marché intérieur Biélorusse, des produits appartenant au portefeuille de marques de la multinationale de tabac, comme Pall Mall ou encore Rothmans. Toutefois, selon le journal inews, des opérations policières, diligentées au Royaume-Uni, ont permis d’effectuer d’importantes saisies de paquets illicites portant les logos de ces marques, ainsi que des avertissements sanitaires écrits en biélorusse.

La Biélorussie, poumon de la contrebande européenne

La Biélorussie alimente massivement la contrebande de tabac, notamment à destination du Royaume-Uni. Environ 10% des 5,5 milliards de cigarettes illicites en circulation outre-Manche viendraient de ce pays. Comme le souligne le journal inews, les experts affirment qu’une très large partie de cette contrebande biélorusse est alimentée par l’entreprise Neman Tobacco Factory.

British American Tobacco, un habitué du commerce illicite

Rien ne permet à ce jour de démontrer que British American Tobacco avait connaissance du rôle du fabricant biélorusse dans l’alimentation du Royaume-Uni et de l’ensemble de l’Union européenne de produits de contrebande. La multinationale de tabac s’est à ce titre félicitée d’appliquer un ensemble de procédures visant à empêcher que ses propres produits finissent dans le commerce illicite. Toutefois, British American Tobacco, et plus généralement l’industrie du tabac, a fait l’objet de poursuites par plusieurs Etats pour son implication dans l’organisation et la facilitation du commerce illicite mondial, pour lesquelles elle a plaidé coupable. Encore aujourd’hui, un certain nombre d’éléments permettent d’affirmer que British American Tobacco demeure liée aux réseaux de commerce illicite, y compris dans les zones de conflits.

Crédit photo : ©Vincent Isore/IP3 PRESS/MAXPPP

Mots clés : British American Tobacco, contrebande, Royaume-Uni, Biélorussie, Commerce illicite

©Génération Sans Tabac


[1] INews, Britain’s biggest tobacco firm facing questions over links to state-owned factory in Belarus, 31/05/2021, (consulté le 02/06/2021)

Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 2 juin 2021