Actualités

Suisse-defaite-justice-industrie-tabac

Interdiction de la publicité : les Suisses disent « oui »

Le 13 février, les Suisses ont été amenés à se prononcer sur une initiative populaire proposant d’interdire « toute forme de publicité qui atteint les enfants et les jeunes ». A 57%, et à la majorité des cantons, et malgré une forte opposition de l’industrie du tabac, les Suisses se sont prononcés en faveur de la mesure de santé publique. Ce vote marque une nette victoire de la lutte contre le tabagisme dans un pays particulièrement perméable à l’influence des cigarettiers.

L’initiative populaire « Oui à la protection des enfants et des jeunes contre la publicité pour le tabac », soutenue par plusieurs organisations de santé publique suisses, visait à une forte restriction de la publicité en faveur du tabac et des produits de la nicotine. Le vote favorable à l’initiative modifie la constitution suisse avec l’inscription d’un article qui oblige la Confédération helvétique à se munir d’une loi qui « interdit notamment, pour les produits du tabac, toute forme de publicité qui atteint les enfants et les jeunes. » Les jeunes sont compris comme le groupe d’âge de 16 à 25 ans. L’Assemblée fédérale dispose de trois ans pour adopter les dispositions législatives mettant en œuvre ce nouvel article.

L’interdiction de la publicité marque un « changement de paradigme »

Avec 57% des Suisses en faveur de l’interdiction de publicité, le vote dénote un net soutien populaire aux politiques de lutte contre le tabagisme. Ce score doit par ailleurs être analysé au regard de la forte campagne d’opposition de la part de l’industrie du tabac. Les fabricants, relayés par les décideurs politiques associés aux milieux économiques, ont à plusieurs reprises exprimé leur mécontentement, et fait savoir qu’une telle mesure engendrerait des effets économiques et sociaux négatifs. En réalité, plusieurs recherches entreprises sur le sujet ont montré que l’interdiction de publicité en faveur du tabac se traduirait par des conséquences économiques positives, notamment sur l’emploi. Selon Pascal Diethelm, président d’Oxysuisse et vice-président en France du Comité national contre le tabagisme (CNCT), les résultats du vote démontrent « un changement de paradigme pour les autorités fédérales, qui acceptent depuis trop longtemps que la politique de prévention sanitaire soit mise sous la tutelle des grandes entreprises ».

Une victoire de la santé publique dans un pays fortement influencé par l’industrie du tabac

Cette quasi-totale interdiction de publicité constitue une avancée majeure dans la lutte contre le tabagisme en Suisse. Le pays, qui demeure à ce jour l’un des derniers pays à ne pas avoir ratifié la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac (CCLAT), est aujourd’hui considéré comme la place forte de l’industrie du tabac dans le monde. L’industrie du tabac conserve par ailleurs une très forte influence auprès des décideurs publics, ce qui explique en grande partie le retard pris par la Suisse dans la mise en place de réglementations de santé publique. Ainsi, les pouvoirs publics helvètes n’ont par exemple pas voté d’augmentation de la fiscalité sur les produits du tabac depuis 2013. Pourtant, comme le gouvernement helvétique l’a rappelé dans ses messages relatifs à l’initiative (tout en s’y opposant) le tabagisme est un enjeu de santé publique majeur en Suisse: cause de la mort prématurée de 9500 personnes chaque année, le tabagisme est responsable de près de 15 % des décès et représente ainsi la première cause évitable de décès dans ce pays.

Mots clés : Suisse, Publicité

©Génération Sans Tabac

FT & PD


[1] Le Monde, La Suisse vote en faveur de l’interdiction de la publicité pour le tabac accessible aux jeunes, 13/02/2021, (consulté le 14/02/2021)

Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 15 février 2022