Actualités

philip-morris-medscape

Philip Morris finance des cours sur l’arrêt du tabac sur le site médical Medscape

Medscape[1], une société d’information médicale de premier plan, a été invitée à annuler une série de nouveaux cours de formation sur le sevrage tabagique financés par le géant de l’industrie du tabac Philip Morris International (PMI). Pour les acteurs de santé, Medscape a perdu toute crédibilité[2].

Cinq cours mis en ligne en février et mars, financés par PMI, évoquait le sevrage tabagique à travers la consommation d’autres produits contenant de la nicotine, notamment les sachets de nicotine, le snus et les produits du vapotage. Medscape a temporairement supprimé certains cours pendant qu’elle procédait à un examen, mais elle a déclaré au BMJ qu’elle n’avait jusqu’à présent « trouvé aucune preuve d’écart par rapport aux normes strictes de qualité et d’intégrité de Medscape ».

Des cours destinés à promouvoir les nouveaux produits de la nicotine comme moins nocifs

Les cinq cours en question sont intitulés « Nicotine Misperceptions : Que disent les preuves ? » ; « Le sevrage tabagique : Conversations en clinique « ; « Impact des produits du tabac sur la santé : Que savons-nous en 2024 ? » ; « Réduction des risques du tabac : Une discussion fondée sur des données probantes » ; et « Arrêt du tabac : Qu’est-ce qui fonctionne ? Qu’est-ce qui ne marche pas ? »

philip-morris-medscape

Le contenu des cours tendait à présenter les produits à base de nicotine autres que la cigarette comme relativement inoffensifs, s’alignant ainsi sur les intérêts commerciaux de PMI, qui vend également des produits du vapotage, des sachets de nicotine et du snus.

Certains cours ne proposaient même pas l’arrêt complet du tabac comme une option pour réduire les risques sur la santé. Un des cours présentait par exemple le cas d’un homme de 41 ans, qui fume un paquet de cigarettes par jour et souhaite réduire son risque de cancer car son père fumait et est récemment décédé d’un cancer du poumon. Les réponses possibles sur les conseils à donner à cet homme sont d’envisager de passer à la pipe ou aux cigarettes électroniques ou de réduire sa consommation à un demi-paquet par jour. Ce conseil est inexact sur le plan scientifique car le risque de cancer est avant tout lié à une durée d’exposition, de plus, le danger pour la santé est présent quel que soit le produit du tabac.

Tollé auprès des acteurs de santé

Outre le contenu de ces cours, c’est la visibilité et l’exhaustivité de la divulgation des liens financiers qui suscitent également des inquiétudes auprès de la communauté scientifique. Sur le site web de Medscape, tous les cours sont signalés par la mention « Soutenu par une subvention éducative indépendante de Philip Morris International » – mais ce soutien n’est pas mentionné dans les diapositives du cours et les transcriptions qui peuvent être diffusées de manière indépendante.

Medscape a défendu sa réputation, déclarant par l’intermédiaire d’un porte-parole que sa priorité absolue était de fournir « des informations exactes et impartiales aux professionnels de la santé ». Medscape a déclaré que tous les programmes de formation suivaient les normes établies par le Conseil d’accréditation pour la formation médicale continue (ACCME). À noter que les auteurs sont tenus de déclarer leurs liens d’intérêts mais uniquement vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique.

« Medscape, LLC demande à toute personne en position de contrôler le contenu éducatif de divulguer toutes les relations financières avec des sociétés non éligibles qui ont eu lieu au cours des 24 derniers mois. Les entreprises non éligibles sont des organisations dont l’activité principale est la production, le marketing, la vente, la revente ou la distribution de produits de santé utilisés par ou sur les patients ». Cependant, de nombreux dossiers présents sur le site Medscape sont sponsorisés par Pfizer ou Moderna.

moderna-medscape

Les liens financiers avec l’industrie du tabac de l’un des intervenants de plusieurs cours, Brad Rodu, professeur de médecine et titulaire d’une chaire financée par l’US Smokeless Tobacco Company et Swedish Match North America (aujourd’hui détenue par PMI), suscitent également des inquiétudes. Dans un article publié en octobre 2023, Rodu a déclaré que ses « recherches sont soutenues par des subventions sans restriction des fabricants de tabac à l’Université de Louisville ». Le site Tobacco Tactics documente de nombreux liens passés avec l’industrie du tabac et Rodu qui a déclaré avoir reçu des fonds de British American Tobacco de 2010 à 2015, et d’Altria de 2010 à 2012.

Cependant, les champs de divulgation sur le site Web de Medscape indiquent que « Brad Rodu n’a pas de relations financières pertinentes ». Medscape a déclaré que, selon les normes de l’ACCME, il n’est pas nécessaire de divulguer les relations financières si elles ne concernent pas une entreprise de soins de santé ou si elles datent de plus de deux ans. Le président et directeur général de l’ACCME, Graham McMahon, a déclaré au BMJ que le conseil d’accréditation n’interdisait pas les contenus éducatifs financés par l’industrie du tabac, à condition que les fournisseurs « respectent les règles visant à garantir que le contenu est protégé contre les préjugés et l’influence, et que le fournisseur divulgue le soutien aux apprenants, entre autres exigences ».

Si les acteurs de santé se félicitent du retrait des cours, ces derniers sont susceptibles d’être à nouveau republiés sur le site comme l’indique un porte-parole de Mescape « Conformément aux procédures opérationnelles standard de Medscape, si des demandes de renseignements sont reçues au sujet d’un contenu éducatif, celui-ci est temporairement retiré de l’accès public afin qu’il puisse faire l’objet d’un réexamen approfondi. Cet examen secondaire est presque terminé et n’a trouvé aucune preuve d’écart par rapport aux normes strictes de qualité et d’intégrité de Medscape, conformément aux normes de l’ACCME en matière d’intégrité et d’indépendance dans la formation continue accréditée ».

Les tentatives de réhabilitation de l’industrie du tabac

Tess Legg, associée de recherche à l’université de Bath, a déclaré que le financement de la formation des professionnels de la santé s’inscrivait dans le cadre d’un plan plus large visant à restaurer la crédibilité de l’industrie du tabac, dont l’image s’est dégradée, notamment en raison de la manipulation de la science à laquelle elle se livre depuis des décennies. Ces cours constituent un « précédent inquiétant qui sera sans aucun doute de plus en plus exploité par PMI et d’autres fabricants de tabac », selon Robert Jackler, professeur émérite Sewall à la faculté de médecine de l’université de Stanford (Californie) dans l’unique but de redorer leur réputation et d’influencer les autorités de réglementation.

Une récente étude[3] effectuée par des chercheurs de l’Université de Bath montre que l’industrie du tabac participe activement à des évènements scientifiques pour améliorer son image. Sur la période allant de 2012 à 2021, l’étude a répertorié la participation de British American Tobacco dans 176 évènements scientifiques (donnant lieu à 50 présentations et 210 posters) et celle de PMI dans 199 évènements (donnant lieu à 27 présentations et 146 posters). Plus récemment, une enquête[4] de l’Association suisse pour la prévention du tabagisme avait mis en lumière que l’implication de Philip Morris International dans une publication d’une étude sur le benzopyrène de l’Ecole polytechnique de Zurich avait été dissimulée au Fonds suisse de la recherche scientifique.

Mots-clés : Medscape, Philip Morris, sevrage tabagique, nicotine, arrêt du tabac, université de Bath, ingérence

©Génération Sans Tabac

AE


[1] Medscape est un site Web donnant accès à des informations médicales pour les cliniciens. Il offre également une formation continue aux médecins et aux professionnels de la santé.

[2] Boytchev H. Exclusive: Outcry as Philip Morris International funds smoking cessation courses on Medscape BMJ 2024; 385 :q830 doi:10.1136/bmj.q830

[3] Matthes BK, Fabbri A, Dance S, et al. Seeking to be seen as legitimate members of the scientific community? An analysis of British American Tobacco and Philip Morris International’s involvement in scientific events. Tobacco Control, Published Online First: 03 February 2023. doi: 10.1136/tc-2022-057809

[4] Génération sans tabac, Financement masqué de recherches suisses par Philip Morris International, publié le 22 février 2024, consulté le 11 avril 2024

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 12 avril 2024