Actualités

menthol-tabac-france-un-an-après

Interdiction du menthol : un an après, où en est-on ?

En France, l’interdiction de vente des cigarettes et du tabac à rouler au menthol s’applique depuis le 20 mai 2020, au même titre que dans l’ensemble des pays de l’Union européenne (UE). À cette occasion, Génération sans tabac publie le dossier « Menthol : un an après, où en est-on ? », un état des lieux de la mesure, son effectivité et ses contournements un an après en France et dans les pays de l’UE.  

Le dossier a été réalisé par le Comité National Contre le Tabagisme (CNCT), en appui avec Smoke Free Partnership (SPF) et l’Union internationale contre la tuberculose et les maladies respiratoires (The Union) avec le soutien financier du Fonds de lutte contre les addictions.

Un délai de mise en vigueur qui a profité à l’industrie du tabac

Le délai octroyé à l’industrie du tabac pour la mise en vigueur de la mesure et la limitation de l’interdiction aux cigarettes et tabacs à rouler a ainsi permis à l’industrie de développer librement la promotion de ses nouveaux produits, particulièrement le tabac chauffé/grillé et ses produits du vapotage avec la récupération d’une partie de la clientèle dépendante au tabac mentholé. Un an après l’interdiction, 7 alternatives aux cigarettes mentholées (voir le dossier complet), faisant l’objet de stratégies marketing agressives, ont été recensées dans les pays de l’Union européenne.

  1. Tabac chauffé/grillé
  2. Autres marques de cigarettes contenant des résidus de menthol
  3. Les accessoires (Cartes fraicheurs)
  4. Cigarillos
  5. Cigarettes électroniques
  6. Autres produits contenant de la nicotine (pochettes de nicotine)
  7. Autres produits du tabac (tabac à pipe – tabac à chicha)

Des données collectées auprès des membres européens de la coalition Smokefree Partnership ont permis de faire un état des lieux des produits mentholés disponibles au sein de 10 pays de l’UE plus le Royaume-Uni. Selon ces données, on constate que l’industrie du tabac a rapidement investi la majorité de ces marchés avec ses alternatives mentholées. Un an après l’interdiction, à l’exception de la Suède, l’ensemble des pays interrogés ont constaté la présence d’alternatives et la promotion active de ces dernières.

Les contournements mis en place en France depuis l’interdiction

La France n’échappe pas à ces contournements de la part de l’industrie, où six des sept alternatives identifiées sont en vente (seules les pochettes de nicotine ne sont pas disponibles en France) et ont été au cœur des stratégies marketing de l’industrie depuis un an. Ces contournements ont été suivis à travers des observatoires mensuels sur les lieux de vente, dans la presse professionnelle et en ligne sur les sites internet des fabricants et les réseaux sociaux. Il a été constaté que l’industrie a renforcé sa communication autour de ses nouveaux produits comme le tabac chauffé/grillé (IQOS du fabricant Philip Morris) et ses marques de vapotage qui offrent toujours des saveurs mentholées. Les cigarillos mentholés et les autres marques de cigarettes présentant des résidus de menthol (qui font actuellement l’objet d’une enquête de la Direction Générale de la Sante), exemptés de l’interdiction, ont également été présentés comme des alternatives aux anciennes marques de cigarettes mentholées dans les débits de tabac et mis en avant par les buralistes.

Une mesure incomplète qui affaiblit l’efficacité de la mesure

L’interdiction ne concerne en réalité que les produits du tabac contenant une concentration de menthol susceptible de leur conférer un « arôme caractérisant » au moment de leur consommation.  De plus, les autres produits du tabac et de la nicotine (tabac chauffé, cigarettes électroniques) et les produits dérivés du tabac, vendus séparément (papier aromatisé, etc) ne sont pas concernés par l’interdiction.

Lors de l’élaboration de la dernière directive européenne sur les produits du tabac, l’industrie du tabac s’est fortement opposée à la mesure d’interdiction du menthol. Plusieurs stratégies ont été mises en œuvre, documentées dans ce dossier. Si l’industrie n’est pas parvenue à empêcher l’adoption de la mesure, elle est néanmoins parvenue à en limiter le champ d’application : seules les cigarettes manufacturées et le tabac à rouler sont concernés, et l’entrée en vigueur de l’interdiction a été retardée (2020 au lieu de 2016).

La présence d’un grand nombre d’alternatives permet en outre à l’industrie du tabac de préserver ses parts de marché, mais surtout de réduire l’efficacité de cette mesure de santé publique. Une récente étude a d’ailleurs indiqué que l’introduction de cigarillos mentholés semblables à des cigarettes au Royaume-Uni aide les grandes sociétés de tabac à contourner les mesures de santé publique restrictives visant à réduire le tabagisme. Ces produits vendus à des prix bien plus abordables que les cigarettes traditionnelles (souvent la moitié d’un paquet de cigarettes) renforcent leur attrait pour les consommateurs, en particulier pour les fumeurs les plus précaires et les jeunes. Il n’y a pas encore de données disponibles à ce sujet en France, mais les cigarillos mentholés semblables à des cigarettes sont vendus à des prix également attractifs en France : 5€ contre 10€ pour un paquet de cigarettes.

 

Pour accéder au dossier complet (PDF)

 

Abstract Menthol ban – A year later, where do we stand ? (english)

Mots clés : Menthol, France, Union Européenne, Contournement, Nouveaux produits, vapotage, tabac chauffé

©Génération Sans Tabac


Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 20 mai 2021