Actualités

PMI-IQOS-global-action-to-end-smoking

États-Unis : une structure financée par Philip Morris subventionne des recherches sur l’arrêt du tabac

Global Action to End Smoking (GAES), anciennement connue sous le nom de Fondation pour un monde sans fumée – financée majoritairement pas le cigarettier Philip Morris International-, a annoncé qu’elle allait financer des recherches menées par l’Urban Institute afin d’étudier les maladies liées au tabagisme et la dépendance à la nicotine chez les personnes à faible revenu dans les 50 États américains et dans le district de Columbia.

Dans un communiqué de presse[1], le GAES a annoncé que les travaux menés par l’Urban Institute permettront de mieux comprendre les difficultés rencontrées par les populations défavorisées pour arrêter de fumer et fourniront des solutions conçues pour réduire les taux de tabagisme et améliorer la santé publique aux États-Unis. Le GAES indique vouloir sensibiliser aux stratégies et outils de « réduction des risques » disponibles pour les fumeurs.

Un sevrage tabagique qui passe par l’utilisation d’autres produits à la nicotine 

Cette subvention fait partie du programme « d’éducation à l’arrêt du tabac » du GAES. Sur son site internet, il y est indiqué que ce programme permet non seulement « d’offrir aux fumeurs et aux prestataires de soins de santé des informations holistiques fondées sur des données probantes concernant tous les moyens d’arrêter de fumer » et de « caractériser l’état de l’accès aux outils de réduction des risques liés à la nicotine dans le monde ». La structure a déjà octroyé plusieurs subventions, notamment à l’organisation Alternative Research Initiative (ARI) au Pakistan et au Knowledge Action Change (KAC) au Royaume-Uni. On peut y lire que la subvention accordée à l’ARI permet de financer un programme permettant de « lutter contre la désinformation sur les systèmes d’administration de nicotine plus sûrs –produits du vapotage-, la consommation de nicotine et la réduction des risques du tabac au Pakistan ». KAC est quant à elle une société privée déjà financée dans le passé par la Fondation qui a accordé des « bourses » allant jusqu’à des dizaines de milliers de dollars pour soutenir des projets liés aux produits à base de nicotine sans fumée. Au total, L’entreprise a reçu plus de 6,4 millions de dollars de la Fondation au cours des six dernières années. Outre les programmes de bourses, cette structure finance la création de sites internet faisant la promotion des nouveaux produits dans les pays en développement. KAC a également reçu des fonds de Nicoventures, une filiale de British American Tobacco.

GAES finance également The Influence Foundation aux États-Unis afin de soutenir son magazine Filter qui communique sur la réduction des risques du tabac.  Le magazine, également financé par Philip Morris et British American Tobacco, a publié de nombreux articles critiquant les politiques de lutte antitabac et s’opposant aux réglementations relatives aux nouveaux produits à base de nicotine et de tabac.

Une structure qui promeut les intérêts économiques de Philip Morris

Global Action to End Smoking a changé de nom en mai 2024 mais reste financée exclusivement par Philip Morris International. Bien que la Fondation ait annoncé, en octobre 2023, que l’accord d’engagement avec Philip Morris était résilié, le fabricant a versé une somme forfaitaire finale de 122,5 millions de dollars US, finançant ainsi la Fondation à hauteur de 17,5 millions de dollars US par an jusqu’en 2030. Selon le site internet de la GAES, ses trois domaines d’intervention sont la recherche en santé et en sciences, la diversification agricole et la transformation de l’industrie notamment à travers les produits « sans combustion ».

Bien qu’elle veuille être perçue comme un organisme entièrement distinct de son bailleur de fonds, ses actions et ses affiliations indiquent le contraire. Dans un communiqué publié le 1er mai 2024[2], GAES prend position sur l’action collective intentée devant le tribunal fédéral du district sud de la Floride contre le fabricant des sachets de nicotine Zyn, Philip Morris International. Ce dernier est accusé de commercialiser ce produit auprès des adolescents[3]. GAES indique que « les sachets de nicotine sont des produits à risque réduit » et que « bien qu’ils ne soient pas entièrement « sans risques », ils sont beaucoup moins nocifs que les cigarettes manufacturées ».

Concernant le report de l’interdiction des cigarettes mentholées par le gouvernement fédéral et la US Food and Drug Administration (FDA)[4], GAES indique dans un communiqué[5] que « ce retard met en évidence une autre mesure que la FDA doit prendre pour améliorer la santé publique : autoriser les produits à base de nicotine aromatisés au menthol à risque réduit, y compris les e-cigarettes, considérés comme appropriés pour la protection de la santé publique ».

De nombreuses autres activités synchronisées de relations publiques et de lobbying à l’échelle mondiale et nationale entre Philip Morris et sa Fondation ont été documentées par la plateforme Tobacco Tactics[6] de l’Université de Bath (UK). A titre d’illustration, lors de la huitième session de la Conférence des Parties à la CCLAT de l’OMS à Genève[7], Philip Morris et la Fondation, par l’intermédiaire de son bénéficiaire KAC, ont tous deux publié des ouvrages préconisant des interventions politiques de réduction des risques du tabac utilisant des nouveaux produits du tabac et de la nicotine, à savoir le tabac chauffé et les dispositifs de vapotage.

©Génération Sans Tabac

AE


[1] Communiqué, Global Action to End Smoking, Formerly Foundation for a Smoke-Free World, Awards Grant to Urban Institute to Address Quitting Barriers and Solutions in Marginalized Communities, PR Newswire, publié le 13 mai 2024

[2] Communiqué, The Zyn Debate Clouds A More Serious Public Health Problem In The U.S., Global Action to End Smoking, publié le 1er mai 2024

[3] Génération sans tabac, La FDA met en garde des détaillants contre la vente aux mineurs des sachets de nicotine ZYN de Philip Morris, publié le 9 avril 2024

[4] Génération sans tabac, L’administration Biden reporte une nouvelle fois la proposition d’interdiction des cigarettes mentholées, publié le 2 mai 2024

[5] Communiqué, Addressing The Delay In The Menthol Cigarette Ban, Global Action to End Smoking, publié le 1er mai 2024

[6] Foundation for a Smoke-Free World, Tobacco Tactics, dernière mise à jour le 15 décembre 2023

[7] Philip Morris International, PMI Cop8 Position Statement, site internet de PMI, publié le 2 octobre 2018

[1] Organisation mondiale de la santé (OMS), Cigarettes électroniques, 05/05/2024, (consulté le 13/05/2024)

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 19 mai 2024