Actualités

pmi

France : cuisante défaite pour Philip Morris

La participation de Philip Morris au dixième anniversaire des Dialogues de l’Inclusion et de la RSE, qui se tiendront le 27 mai prochain au Ministère de l’Économie et des Finances, a été annulée, suite à la mobilisation des acteurs de santé publique en France et à l’international, et à la décision gouvernementale de conditionner sa présence à l’exclusion du cigarettier.

Le 27 mai, Philip Morris France, à travers sa présidente Jeanne Pollès, devait participer au dixième anniversaire des Dialogues de l’Inclusion et de la RSE, au Ministère de l’Economie et des Finances, sous le haut patronage du Président de la République et en présence d’Elisabeth Moreno, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances. Cet événement, ayant pour objectif de valoriser des entreprises pour leur « incidence globale, positive, durable et responsable sur l’ensemble de notre société, en contribuant significativement à l’amélioration du bien-être collectif », devait mettre à l’honneur le fabricant mondial de tabac et sa politique salariale.

Le refus des autorités publiques de participer aux Dialogues avec Philip Morris

La présence de Philip Morris à un tel événement a suscité une très forte réaction de la part des acteurs de santé publique français, qui ont alerté les autorités françaises et leurs partenaires européens. Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances a rapidement réagi, indiquant son refus de participer à un tel événement en la présence de Philip Morris. Convaincus par les arguments présentés par les défenseurs de la santé publique, les organisateurs ont ainsi exclu Philip Morris de l’événement.

Dans les dernières semaines, deux événements similaires ont été annulés pour les mêmes raisons. Ces échecs successifs tendent à démontrer la difficulté rencontrée par l’industrie du tabac à cultiver une certaine crédibilité auprès des décideurs politiques.

L’industrie du tabac n’est pas une industrie responsable

La présence du leader mondial du tabac à un événement dédié à la construction d’une économie « plus ouverte, inclusive et responsable » comporte de nombreux paradoxes. D’abord, d’un point de vue juridique, elle est une entorse aux engagements internationaux de la France à l’égard de la Convention-cadre de l’OMS, notamment en matière de protection des politiques publiques de l’ingérence de l’industrie du tabac.

Par ailleurs, la crédibilité du discours développé par l’industrie du tabac sur sa responsabilité sociale peut légitimement être interrogée. En effet, à lui seul, le fabricant Philip Morris est à l’origine de la mort de plus de 30 000 personnes par an en France. De plus, la compagnie, au-delà de discours d’intention, continue à mettre en place des stratégies contestables dans le but de maintenir la norme tabagique et la dépendance nicotinique. Ainsi, de nombreuses publications ont par exemple démontré la mise en place par PMI de campagnes marketing agressives ciblant les mineurs, et tout particulièrement dans les pays à faibles niveaux de revenus. De même, les atteintes environnementales perpétrées par le cigarettier sont majeures, tout comme sont pointés l’implication de cette industrie dans l’exploitation des femmes, dans le travail des enfants et dans l’organisation de la contrebande de tabac en Afrique de l’Ouest, source de financement d’organisations djihadistes et facteur majeur de déstabilisation régionale.

F.T

Mots clés : Philip Morris, RSE, Ingérence

©Génération Sans Tabac


Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 26 mai 2021