Actualités

antitabac-etats-unis

États-Unis : Un rapport révèle d’importantes disparités géographiques en matière de tabagisme dans les États du Midwest et du Sud

Un nouveau rapport publié par l’organisation Truth Initiative[1] montre d’importantes disparités géographiques de la prévalence du tabagisme en particulier dans la région des 12 États contigus du Midwest et du Sud, surnommée la « Tobacco Nation ».

Le rapport 2023 de l’organisation souligne que dans les 12 États de la « nation du tabac » – Alabama, Arkansas, Indiana, Kentucky, Louisiane, Michigan, Mississippi, Missouri, Ohio, Oklahoma, Tennessee et Virginie-Occidentale, les prévalences tabagiques et le niveau de consommation sont supérieurs à la moyenne enregistrée dans les autres Etats du pays et ce, quelle que soit la tranche d’âge retenue. Ainsi les adultes de 18 ans et ont une prévalence de 19,2 % contre 13 %. Au sein de la catégorie des jeunes adultes (18-24 ans) ceux-ci sont 11,2 % à fumer contre 7,6 % en moyenne et parmi les adolescents (12-17 ans) cette prévalence est de 6,3% contre 4%. Globalement la prévalence est donc supérieure de 50 % et la quantité de cigarettes fumées par habitant chaque année est également sensiblement plus élevée : 53 contre 29 paquets pour les habitants des autres États.

D’autres critères distinctifs caractérisent cette population de la « Tobacco nation » : les habitants y sont généralement moins éduqués, et sont dans une situation économique plus précaire et moins susceptibles d’avoir un emploi de cadre.

Un retard dans la mise en place de politiques antitabac efficaces dans ces états

Le tabagisme a considérablement diminué aux États-Unis, la prévalence du tabagisme chez les lycéens (15 – 18 ans) étant passée de 28 % en 2000 à 2 % en 2022. Cette baisse importante de la consommation est attribuée aux effets des politiques de lutte contre le tabagisme, notamment les augmentations de prix, la mise en place d’espaces sans tabac, l’interdiction de vente aux moins de 21 ans (Tobacco 21 law[2]), l’interdiction des arômes pour les produits du tabac et de la nicotine ainsi que les campagnes de prévention dans les médias.

Toutefois, ces mesures n’ont pas été implantées de manière égale à travers le pays et globalement, ces États du sud et du Midwest, plus conservateurs, ont des politiques de lutte antitabac moins restrictives que la majeure partie du pays. Les paquets de cigarettes sont en moyenne 19 % moins chers dans ces états (5,69 $ en moyenne) que dans le reste des États-Unis (7,05 $). Les données sur les taxes sur les cigarettes indiquent que ces États ont augmenté les taxes d’accise sur les cigarettes de seulement 0,59 $ en moyenne depuis 2015, contre une augmentation moyenne des taxes de 1,04 $ dans les autres États.

Concernant la vente de tabac aux mineurs de moins de 21 ans, à l’exception de l’Arkansas, qui a adopté une politique « Tobacco 21 » à l’échelle de l’État en 2019, et de certaines localités de l’Ohio, du Missouri, du Michigan et du Mississippi, aucun État de la « Tobacco Nation » n’a pas mis en oeuvre cette mesure pour réduire le tabagisme chez les jeunes. Pour ce qui est des restrictions sur les produits du tabac aromatisés, seules trois municipalités dans ces états ont adopté des politiques d’interdiction de vente de produits du tabac aromatisés contre près de 400 dans le reste du pays.

En outre, bien qu’aucun des 50 États n’atteigne le niveau de dépenses recommandé par les Centers for Diseases Control and Prevention (CDC)[3] pour les programmes de prévention du tabagisme et de sevrage, les États de la « Tobacco Nation » consacrent moins de 15 % des dépenses recommandées aux programmes de prévention et de sevrage tabagique. A titre de comparaison, la proportion pour ces dépenses dans les autres Etat est 30 %, soit le double. Certains États, comme le Tennessee ont même réorienté 100 % de ces fonds destinés à la prévention du tabagisme et au sevrage tabagique vers les efforts COVID-19 en 2022, ce qui a conduit à l’absence de financement pour les programmes de lutte contre le tabagisme.

Ces États disposent également de moins de politiques globales en matière d’espaces sans tabac, qui protègent 47 % des résidents de la nation du tabac, contre 64 % dans le reste des États-Unis.

Interférence de l’industrie du tabac dans la mise en place de politiques antitabac

Selon Truth Initiative, les politiques antitabac de ces 12 États n’ont pas réussi à s’imposer notamment du fait du lobby tabac et de son ingérence dans les politiques publiques.

Ainsi à titre d’illustration, en 2022, Altria (Philip Morris) a dépensé 198 685 dollars en lobbying contre des projets de loi au Kentucky qui visaient à augmenter le montant des taxes sur les cigarettes, à instituer de nouveaux espaces sans tabac et à permettre aux gouvernements locaux d’imposer des lois plus strictes concernant la publicité, la vente et la distribution de produits du tabac et de cigarettes électroniques. Dans le Missouri, où les droits d’accise sur les cigarettes par paquet sont les plus faibles du pays (17 cents par paquet), le taux n’a pas changé depuis plus de 25 ans en raison de la pression indirecte exercée par les fabricants de tabac. Un rapport publié en 2020 par Tom Kruckemeyer[4], ancien économiste du bureau du budget de l’État du Missouri, montrait en effet que que 33 des 34 sénateurs de l’État avaient accepté des dons de campagne en faveur du tabac.

La difficulté pour les municipalités de mettre en place des mesures efficaces contre le tabagisme

Aux États-Unis, certains États empêchent les collectivités locales d’adopter des lois locales plus strictes ou différentes des politiques de lutte antitabac de l’État. L’État peut « préempter »[5] les lois locales de lutte antitabac dans tous les domaines ou pour des politiques spécifiques (fiscalité, espaces sans tabac, restriction de vente). L’industrie du tabac a toujours soutenu ces lois de préemption des États afin des faire annuler les lois locales de lutte antitabac plus restrictives en vigueur et empêcher l’adoption de telles lois à l’avenir. Ainsi, de nombreux États de la « nation du tabac » interdisent aux autorités locales d’adopter des politiques plus restrictives dans le domaine de la fiscalité, des interdictions de fumer, d’arômes etc. en vertu de ce principe.

Sur cette base, l’Arkansas a adopté en 2019 une loi empêchant les juridictions locales de promulguer des lois sur les taxes et l’accès des jeunes aux produits du tabac plus restrictives que celles en vigueur au sein de l’État.

En 2021, le Tennessee a adopté une loi qui soumet les produits du vapotage aux mêmes restrictions que les produits du tabac mais préempte également les futures lois sur les produits du vapotage, y compris les restrictions sur les arômes et les lois relatives aux taxes.

En 2022, après l’adoption par Columbus (Ohio) d’une loi interdisant la vente de produits du tabac aromatisés, une législation au niveau de l’état a essayé d’empêcher les autorités locales de promulguer des lois sur le tabac plus strictes que celles de l’état. Le gouverneur y a néanmoins finalement opposé son veto.

Le tabagisme, un fardeau sanitaire important

Cette prévalence élevée et persistante de la consommation de cigarettes a de graves conséquences.  Le tabagisme reste la première cause de décès et de maladies prématurées évitables dans le pays et notamment en raison du poids de ces Etats très touchés. Cette conséquence est d’autant plus perceptible que l’espérance de vie des Etats-uniens a diminué en raison de divers facteurs, dont le COVID-19 et les surdoses d’opioïdes. Ainsi, les résidents de la « nation du tabac » vivent moins longtemps et courent un plus grand risque de mourir prématurément que les autres citoyens, avec une espérance de vie moyenne de 76 ans, contre 79 ans dans le reste du pays.

Les résidents de ces États sont plus susceptibles de mourir d’un cancer, d’une maladie cardiaque ou d’une maladie chronique des voies respiratoires inférieures que ceux qui vivent dans le reste des États-Unis. Ils présentent également des taux beaucoup plus élevés de maladies chroniques, en particulier de maladies pulmonaires obstructives chroniques, de diabète, par rapport à l’ensemble de la population adulte selon le rapport de Truth.

Une analyse distincte réalisée par Truth Initiative et HealthPartners Institute[6] a montré que l’augmentation des dépenses consacrées à la prévention du tabagisme et aux programmes de sevrage, associée à une hausse des taxes sur les cigarettes, pourrait réduire les disparités en matière de tabagisme chez les adultes dans la région et les ramener à des niveaux comparables à ceux observés dans le reste du pays. L’analyse prévoit également que la mise en œuvre de ces politiques clés dans ces 12 états, pourrait conduire, au cours des deux prochaines décennies, à empêcher la survenue d’environ 100 000 cas de cancer, 730 000 hospitalisations, et le décès prématuré de 170 000 personnes grâce à ces politiques publiques. Des économies de plus de 24 milliards de dollars en coûts médicaux imputables au tabagisme seraient réalisées tandis que l’augmentation de la productivité au niveau de l’activité serait majorée de plus de 100 milliards de dollars consécutives à ces mesures de réduction du tabagisme et de ses coûts.

Mots-clés : États-Unis, tabagisme, Midwest, inégalité de santé, ingérence, industrie du tabac

©Génération Sans Tabac

AE

[1] Communiqué de presse, New Report Finds Major Geographic Smoking Disparities Across Midwest and Southern States, Truth Initiative, publié le 28 juin 2023, consulté le 29 juin 2023

[2] Génération sans tabac, États-Unis : les lois Tobacco 21 sont efficaces et convainquent d’autres pays, publié le 13 janvier 2021, consulté le 29 juin 2023

[3] Centers for Disease Control and Prevention. Best Practices for Comprehensive Tobacco Control Programs: 2014

[4] Tom Kruckemeyer: Big Tobacco and Missouri political leaders — a love story, Jopling Globe, janvier 2020, consulté le 29 juin 2023

[5] Fiche d’information, Centers for Diseases Control and Prevention, STATE System Preemption Fact Sheet

[6] Rapport, Eliminating smoking disparities in Tobacco Nation, Truth Initiative, publié le 13 janvier 2023, consulté le 29 juin 2023

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 27 juillet 2023