Actualités

En Égypte, un nouvel observatoire pour lutter contre la pandémie tabagique

Fin décembre 2020, l’Association égyptienne contre le tabagisme, la tuberculose et les maladies respiratoires a mis en place un observatoire de lutte antitabac pour surveiller les potentielles violations réglementaires des fabricants de tabac[1].

Premier observatoire en Égypte et dans le Moyen-Orient, il cherchera notamment à empêcher toute forme de publicité directe ou indirecte en faveur des produits du tabac, et veillera à bloquer les stratégies de responsabilité sociales mises en place par les compagnies.  Enfin, derrière la création de l’observatoire se cache un enjeu sanitaire majeur : le tabagisme, actif comme passif, est responsable de la mort de 171 000 Égyptiens chaque année.

Le tabagisme en Égypte, un « phénomène essentiellement masculin »

Comme le rappelle l’Agence centrale pour la mobilisation publique et les statistiques, le tabagisme, comptant 11,1 millions de fumeurs en Égypte, est un « phénomène essentiellement masculin[2] ». Ainsi, en 2018, si l’Égypte enregistrait un taux de 17,2% de fumeurs dans sa population, la prévalence tabagique atteignait 34,2% chez les hommes, contre seulement 0,2% chez les femmes. Le tabagisme en Égypte est également un marqueur social : 28% des personnes ayant un certificat d’alphabétisation sont fumeurs. En revanche, ce taux diminue de moitié pour les diplômés de l’enseignement supérieur.

Un facteur majeur d’appauvrissement

Au-delà d’affecter prioritairement les classes défavorisées, le tabagisme représente un frein au développement économique. Selon les chiffres de l’Agence, un ménage égyptien comptant au moins un fumeur dépense en moyenne près de 5800 livres par an, soit 300 euros. En comparaison, le revenu mensuel moyen d’un Égyptien s’élevait la même année à environ 190 euros[3]. Ces dépenses en tabac sont autant de ressources non allouées à des postes clés, comme l’éducation, la nourriture, ou encore les soins médicaux. Facteur de pauvreté endémique et multigénérationnel, le tabac est considéré comme un obstacle majeur aux objectifs de développement durables définis par l’ONU[4]. D’un point de vue élargi, les dépenses cumulées attribuées à la consommation de tabac, de boissons alcoolisées et de drogues représentent 25% des dépenses des ménages égyptiens.

Mots clés : Égypte, Observatoire

©Génération Sans Tabac


[1] Al-Monitor, Egypt launches first monitoring tobacco center in region as smoking on the rise, 04/01/2021, (consulté le 05/01/2021)

[2] الإحصاء: 17.3% من المصريين مدخنون.. و5798 جنيه متوسط الإنفاق عليه سنويا, Almasryalyoum, 31 mai 2020, (consulté le 05/01/2021)

[3] Journal du Net, Salaire moyen en Egypte, (consulté le 05/01/2021)

[4] OMS, Tobacco control and the Sustainable Development Goals, (consulté le 05/01/2021)

 

Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 5 janvier 2021