Actualités

sachets-nicotine-snus-australie-facebook

Australie : le snus et les sachets de nicotine promus comme des alternatives au tabagisme sur Facebook

La Therapeutic Goods Administration (TGA), l’organisme de réglementation australien, a averti qu’elle n’avait approuvé aucun sachet de nicotine en tant que traitement pour aider les fumeurs à arrêter, après qu’une série de publicités trompeuses a été diffusée en ligne sur Facebook. Des publicités faisaient également la promotion de sachets de tabac snus, malgré l’interdiction de ce produit depuis 1991 en Australie[1].

L’organisme rappelle également que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que les sachets de nicotine peuvent induire une dépendance à la nicotine et qu’ils ne doivent pas être considérés comme des produits de sevrage.

Des produits non autorisés à la vente en Australie

En Australie, les sachets de nicotine sont placés sous la surveillance de la TGA, un organisme national de réglementation qui supervise la commercialisation et la publicité des produits thérapeutiques. L’agence publique contrôle donc les produits à la nicotine, autres que les produits du tabac. Récemment, la TGA a réitéré sa position[2] sur les sachets de nicotine dans un guide en ligne, indiquant qu’aucun sachet n’avait été évalué en termes de « qualité, de sécurité ou d’efficacité » et qu’aucun n’était donc inclus dans le registre australien des produits thérapeutiques (Australian Register of Therapeutic Goods – ARTG). Cela signifie que les sachets de nicotine ne peuvent pas faire l’objet de publicité et ne peuvent être vendus légalement aux consommateurs par les détaillants australiens.

L’approbation ou l’autorisation de la TGA de fournir des produits de cette nature serait subordonnée à la vente du produit dans les pharmacies. Les tabacs, les magasins de proximité et les autres détaillants ne seraient pas autorisés à vendre ces produits aux consommateurs.

D’autres publicités relevées sur les réseaux sociaux faisaient également la promotion du snus, un produit du tabac oral, similaire dans sa présentation aux sachets de nicotine. Or ces produits sont interdits depuis 1991 en Australie.

Un discours trompeur sur les réseaux sociaux

Malgré cette interdiction, plusieurs publicités datant de janvier 2024, indiquant : « Les sachets de nicotine sont un produit thérapeutique qui, par le biais d’une application oro-mucosale, aide au sevrage tabagique et au vapotage », ont été relevées sur Facebook et ciblaient les Australiens. Un porte-parole de la TGA a déclaré à l’AFP le 13 février dernier que l’agence n’avait approuvé aucun sachet de nicotine en Australie, ajoutant qu’il n’existait aucune preuve de leur efficacité dans le traitement de la dépendance à la nicotine.

Ces publicités faisaient également la promotion du snus. Sur le site internet de l’Australia Tobacco Harm Reduction Association (ATHRA), il est indiqué « les scientifiques considèrent que le snus présente au moins 90 %, voire 99 %, de risques en moins que le tabagisme classique ». De nombreuses études montrent pourtant que la consommation du snus favorise les cancers oraux et du pancréas et peut causer des lésions des muqueuses dans la bouche. Selon Tobacco Tactics, ATHRA reçoit des financements de l’organisation Knowledge-Action-Change qui elle-même reçoit des financements de la Fondation pour un monde sans fumée de Philip Morris International. L’association fait campagne et pression pour obtenir des assouplissements des réglementations pour certains produits du tabac et les produits du vapotage en Australie.

En France, les fabricants des sachets de nicotine utilisent un discours similaire pour faire la promotion de leurs produits. Sur le site nicopouches, on peut lire par exemple « Les nicotine pouches sont des nouveaux substituts nicotiniques pratiques et discrets qui peuvent s’utiliser partout où il est interdit de fumer ou vapoter ». Ces publicités ciblent tout particulièrement les jeunes. Pourtant ces produits sont vendus illégalement en France et ne respectent pas la législation en vigueur concernant la nicotine. Cette situation a notamment été pointée par le Comité national contre le tabagisme dans le cadre de ses baromètres sur les publicités sur lieux de vente et en ligne.

©Génération Sans Tabac

AE


[1] Facebook adverts mislead on ‘benefits’ of nicotine pouches, AFP Fact check, publié le 20 février 2024, consulté le 27 février 2024

[2] Therapeutic Goods Administration, Nicotine pouches, site du gouvernement australien, consulté le 27 février 2024

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 5 mars 2024