Actualités

observatoire-industrie-tabac-pandemie-covid19

Observatoire de l’Industrie du tabac face à la pandémie de COVID-19

STOP, est un organisme de veille à l’échelle internationale qui suit les pratiques d’interférence de  l’industrie du tabac dans les politiques publiques. L’organisme a relevé un regain d’activité de cette l’industrie dans de nombreux pays à travers le monde au cours de ces dernières semaines. Cette recrudescence de la présence de l’industrie est liée de très près à la pandémie Covid19 qui lui permet de blanchir son image. Ce compte rendu est non-exhaustif et ne traite pas l’ensemble de toutes les réactions de l’industrie du tabac pendant cette période. L’enjeu d’un tel relevé est d’illustrer et de rendre compte des tendances et stratégies émergeantes observées à partir de sources multiples.

Ce premier état des lieux porte sur les quatre dernières semaines. Il souligne les initiatives nombreuses renvoyant à l’utilisation de la responsabilité sociale des entreprises (RSE) comme processus d’amélioration de l’image des fabricants, en particulier via des dons ciblés en matériel, équipements ou en argent.

  • Les fabricants de tabac BAT (par le biais de sa filiale Kentucky BioProcessing) et PMI (40% du capital de Medicagoont ont également communiqué sur leurs investissements historiques dans les produits pharmaceutiques arguant que cette contribution pourrait aider au développement de vaccins.

* Les démarches de l’industrie du tabac n’ont pas seulement eu pour vocation à redorer son image. Celle-ci a notamment utilisé la pandémie pour promouvoir ses produits d’appel. Tel fut par exemple le cas en Russie, où le fabricant PMI a poussé son produit de tabac chauffé, IQOS, en partenariat avec une application de livraison à domicile pour acheminer le produit aux personnes en confinement.

  • Les fabricants se sont également positionnés en opposition à des mesures de protection adoptées dans des pays  en réponse à la réglementation COVID-19 sur la vente et la fabrication des produits du tabac. PMI a maintenu la production de cigarettes au Brésil pour éviter de « compromettre l’activité », malgré un décret interdisant la fabrication industrielle non essentielle.

* L’industrie a par ailleurs profité de la pandémie pour critiquer des organisations de santé publique telles que l’OMS, souvent par l’intermédiaire de tiers[1][2]

L’observatoire rappelle que dans un contexte où les gouvernements se doivent d’adopter de nombreuses mesures de santé publique pour faire face à la situation de pandémie en vue de protéger les populations, toute association avec l’industrie du tabac dont les intérêts vont à l’encontre de l’intérêt général est particulièrement dangereuse et aléatoire.

Compte rendu complet de surveillance STOP (en français)

 

©Génération Sans Tabac


[1] https://www.rollingstone.com/politics/politics-features/world-health-organization-coronavirus-response-975543/  

[2] https://www.vapingpost.com/2020/04/16/vietnam-who-rep-spreads-misinformation-and-proposes-e-cig-ban/

©Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 29 avril 2020