Actualités

Luxembourg-stagnation-consommation-tabac

Luxembourg : stagnation de la consommation de tabac à un niveau élevé

Selon la dernière étude annuelle sur la prévalence tabagique de la Fondation Cancer du Luxembourg, 27 % des habitants âgés de 16 ans et plus étaient fumeurs en 2023 (prévalence identique chez les femmes et les hommes), soit une très légère baisse par rapport à 2022 (28%). Près d’un luxembourgeois sur cinq (18%) déclare fumer quotidiennement. La consommation de produits du vapotage est à la hausse, passant dans la population générale de 13% en 2022 à 17% en 2023.

Chaque année, la Fondation Cancer publie les résultats de l’enquête  Le tabagisme au Luxembourg[1] réalisée par l’Institut Luxembourgeois de recherche sociale et d’étude de marchés (ILRES). Cette enquête est mandatée conjointement par la Fondation Cancer et le Ministère de la Santé et de la Sécurité sociale ; elle se base sur un échantillon de 3397 habitants âgés de 16 ans et plus représentatif de la population résidente du Luxembourg.

Consommation élevée de tabac chez les adolescents et jeunes adultes

« Cette baisse d’un point de pourcentage est modeste et ne suffit pas à confirmer une tendance durable à la baisse du tabagisme dans la population », a déclaré la Fondation Cancer, d’autant que la consommation de tabac des adolescents et jeunes adultes reste élevée avec 35% des luxembourgeois âgés de 16 à 34 ans fumeurs.

La consommation de chicha est en forte hausse puisque 22% des personnes interrogées ont déclaré l’utiliser en 2023 contre 11% en 2022. La chicha est populaire surtout chez les jeunes, avec 47% des 16-24 ans qui l’utilisent et 38% des 25-34 ans.

La proportion de fumeurs qui déclarent avoir l’intention, ou probablement l’intention, d’arrêter de fumer dans les six prochains mois reste stable à 50 %, tandis que celle de ceux qui n’ont pas l’intention d’arrêter de fumer est passés de 37 % en 2022 à 33 % en 2023. Si la santé est la raison la plus souvent avancée (65%), le prix est également un argument dissuasif pour 45% de ceux qui ont essayé d’arrêter. Martine Deprez, la Ministre de la santé, a assuré que le gouvernement souhaite mettre en place une augmentation continue des prix sur le tabac dans les années à venir.

Une exposition passive à la fumée de cigarette encore trop importante

La fondation est également préoccupée par le fait que 11 % des non-fumeurs déclarent être exposés quotidiennement à la fumée passive des cigarettes à l’intérieur, et que 10 % d’entre eux disent l’ être à l’extérieur.

« Bien que ces chiffres soient en baisse, ils restent significatifs, car le tabagisme passif est un danger pour la santé publique », a déclaré la Fondation Cancer.

Hausse importante du vapotage chez les adolescents et jeunes adultes

Un des autres constats préoccupants selon la Fondation Cancer est l’augmentation significative de la consommation de cigarette électronique chez les jeunes de moins de 25 ans, avec un taux de vapotage qui a bondi de 21 % en 2022 à 36 % en 2023.

Parmi ces consommateurs, 53% déclarent vapoter par plaisir/par goût, et 43 % avoir commencé pour tenter de réduire leur consommation de tabac fumé, ce qui a été le cas pour 47% d’entre eux. Environ trois utilisateurs sur dix considèrent que la cigarette électronique est moins nocive que le tabac fumé. Enfin, 11% des vapoteurs indiquent n’avoir jamais fumé avant d’avoir commencé à consommer des produits du vapotage.

Un renforcement de la législation Luxembourgeoise concernant les sachets de nicotine

Le gouvernement luxembourgeois a présenté au Parlement, ce 22 mai, un projet de loi concernant les sachets de nicotine qui permettrait d’aligner la réglementation concernant ces produits sur les lois relatives au tabac[2]. S’il est approuvé, ce projet de loi rendra illégale la vente de sachets de nicotine à toute personne de moins de 18 ans, ainsi que leur publicité et distribution gratuite.

En outre, la Ministre de la santé a déclaré que le gouvernement introduirait un droit d’accise et un taux de TVA de 17 % sur les sachets de nicotine, en expliquant qu’elle était opposée à une interdiction pure et simple de la vente des sachets de nicotine (qui l’est déjà en Belgique et aux Pays-Bas) car les utilisateurs peuvent facilement les acheter en Allemagne et en France. En France, des associations comme le Comité national contre le tabagisme (CNCT) ont déjà demandé l’interdiction de ces produits et des parlementaires appellent à être vigilant quant à la diffusion rapide de ces produits auprès des jeunes.

©Génération Sans Tabac

AE


[1] Tabagisme au Luxembourg : les résultats de l’enquête 2023, Fondation Cancer, publié le 22 mai 2024, consulté le 24 mai 2024

[2] La shisha et la e-cigarette, porte d’entrée vers le tabac, L’essentiel, publié le 23 mai 2024, consulté le jour-même

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 28 mai 2024