Actualités

philip-morris-opinion

BMJ retire un article après avoir découvert son financement indirect par Philip Morris International

L’éditeur scientifique BMJ Open a retiré le 20 juin 2023 un article dirigé par un chercheur polonais, après que celui-ci a révélé avoir été financé par la Fondation pour un monde sans fumée, une organisation financée par Philip Morris International. L’éditeur fait valoir que cette information lui avait été dissimulée.

« Cet article a été retiré par le journal et son éditeur suite à une revue post-publication des sources de financement. Cet article constitue une violation de la politique du BMJ Open de ne publier aucune recherche qui ait été financée par l’industrie du tabac, ce qui nous a conduit à le retirer. » Telle est la mention qui s’affiche en ouverture de la page d’explication apportée après le retrait, le 20 juin 2023, de l’article intitulé International randomised controlled trial evaluating metabolic syndrome in type 2 diabetic cigarette smokers following switching to combustion-free nicotine delivery systems: the DIASMOKE protocol et primo-signé par Arkadiusz Krysinski, un scientifique polonais[1].

Un lien d’intérêt indirect avec PMI, dévoilé tardivement

Pour leur défense, le BMJ Open et son responsable éditorial Adrian Aldcroft se sont justifiés en expliquant que l’article avait initialement été signalé comme étant financé par ECLAT, un groupe issu de l’Université de Catania qui n’avait pas spécialement retenu leur attention. Ce n’est qu’à l’occasion d’une requête post-publication que les auteurs ont dévoilé que les fonds perçus d’ECLAT provenaient de la Fondation pour un monde sans fumée (FSW), un groupe de façade créé et entièrement financé par Philip Morris International (PMI). Ignorant préalablement ce lien et mis devant le fait accompli à un stade avancé de publication, BMJ Open n’a eu d’autre option que de retirer l’article en question, en publiant un communiqué explicatif.

Le BMJ Open n’a pas pu obtenir d’explications de la part d’Arkadiusz Krysinski, mais a signalé que FSW avait déjà été mise en cause dans de précédents retraits d’articles scientifiques, comme celui publié en juillet 2020 par Theodoros Giannouchos, José M. Mier, Konstantinos Poulas et Konstantinos Farsalinos[2].

Riccardo Polosa faisait partie des auteurs de l’article

Un examen plus attentif de la liste des signataires de l’article aurait pourtant dû alerter l’éditeur : on y remarque notamment la présence de Riccardo Polosa, un des auteurs les plus abondants sur les cigarettes électroniques.

Les travaux de Riccardo Polosa au sein du Center of Excellence for the Acceleration of Harm Reduction (CoEHAR) de l’Université de Catania ont été particulièrement critiqués pour avoir été largement financés par FSW. Riccardo Polosa a par ailleurs reçu des financements directs du fabricant de cigarettes électroniques JUUL en 2020, époque où le cigarettier Altria était actionnaire de ce groupe, mais en a aussi perçu de British American Tobacco (BAT) en 2018, de PMI en 2017/2018 et de Philip Morris USA de 2003 à 2005[3]. Il est également conseiller scientifique spécial de l’International Network of Nicotine Consumer Organizations (INNCO), un réseau de tierces parties mis sur pied et financé par FSW.

Riccardo Polosa a collaboré avec de nombreux scientifiques liés à l’industrie du tabac et a participé à plusieurs éditions du Global Tobacco and Nicotine Forum, le rassemblement international annuel des fabricants de tabac. Il a cependant souvent manqué de transparence dans ses déclarations de conflits d’intérêts, citant spontanément les financements reçus de l’industrie pharmaceutique (GlaxoSmithKline, Pfizer, Boehringer-Ingelheim) ou des industriels du vapotage, mais oubliant de mentionner ses liens avec les industriels du tabac.

Ricardo Polosa continue par ailleurs d’être conseiller scientifique en chef de la Ligue italienne anti-tabac (LIAF), dont il fut longtemps président. Il siège également au European Technical Committee for standardization on Requirements and test methods for emissions of electronic cigarettes (CEN/TC 437; WG4), qui doit conseiller les institutions européennes sur la toxicité des cigarettes électroniques.

Mots-clés : BMJ Open, rétraction d’article, Arkadiusz Krysinski, Riccardo Polosa, ECLAT, FSW, PMI.

©Génération Sans Tabac

MF

[1] BMJ journal retracts e-cigarette paper after authors disclose tobacco industry funding late in the process, Retraction Watch, publié le 30 juin 2023, consulté le 4 juillet 2023.

[2] ‘Unfair and unsubstantiated’: Journal retracts paper suggesting smoking is linked to lower COVID-19 risk, Retraction Watch, publié le 21 avril 2021, consulté le 4 juillet 2023.

[3] Riccardo Polosa, Tobacco Tactics, mis à jour le 10 février 2021, consulté le 4 juillet 2023.

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 11 juillet 2023