Actualités

Au Canada, la cigarette électronique en passe d’être réglementée

Santé Canada, le ministère canadien de la santé, a indiqué vouloir interdire la plupart des arômes des liquides de cigarettes électroniques, afin d’en diminuer l’attractivité auprès des jeunes générations[1]. Par  ailleurs, les teneurs en nicotine des cigarettes électroniques vont être diminuées à partir du 6 juillet.  

Le gouvernement fédéral canadien cherche à réglementer davantage la cigarette électronique. Santé Canada a publié le 18 juin un projet de loi visant à interdire l’ensemble des arômes dans les liquides de cigarette électronique, à l’exception des saveurs tabac, menthe et mentholée. De ce fait, la plupart des ingrédients aromatisants, des sucres et des édulcorants pourraient être prochainement interdits à la vente pour ces produits. Pour Patty Hajdu, ministre canadienne de la santé, cette réglementation vise à protéger une génération de Canadiens d’une nouvelle forme de dépendance nicotinique, qui « altère le développement du cerveau, la mémoire et la concentration »[2].

La diminution des niveaux de nicotine dans les liquides bientôt prévue au Canada

Par ailleurs, le gouvernement canadien a également décidé de réduire de près de 70% les niveaux autorisés de concentration de nicotine dans les liquides de cigarettes électroniques. A partir du 6 juillet, les fabricants ne pourront plus produire des liquides contenant plus de 20 milligrammes de nicotine par millilitre, contre 66 milligrammes auparavant. Les détaillants auront quant à eux jusqu’au 23 juillet pour écouler leurs stocks d’anciens produits. En moyenne, un paquet de 20 cigarettes délivre environ 20 milligrammes de nicotine. Si la diminution des niveaux nicotiniques peut paraître conséquente, la réglementation canadienne rejoint celle de l’Union européenne, qui avait imposé dès le départ un plafond à 20 milligrammes par millilitre.

L’opposition des fabricants à la réglementation

L’industrie du tabac et de la nicotine a montré son opposition à ces réglementations et ces projets de réglementation. Ainsi, la Coalition des droits des vapoteurs du Québec (CDVQ) a mentionné dans un communiqué « condamner sans réserve ce projet qui ultimement nuira aux efforts de lutte au tabagisme et de santé publique ». De la même manière, Éric Gagnon, vice-président des affaires corporatives et réglementaires d’Imperial Tobacco Canada, a souligné le risque d’augmentation du tabagisme chez les jeunes générations, provoqué par une trop forte législation des cigarettes électroniques. Les fabricants, particulièrement confrontés au Canada à la diminution de la prévalence tabagique, voient dans la cigarette électronique une porte de sortie à la diminution constante de leurs volumes de vente. Ainsi, derrière un discours alarmiste en matière de santé publique se cache une inquiétude commerciale d’une industrie fragilisée dans sa capacité à perpétuer l’addiction nicotinique au Canada.

F.T

Mots clés : Canada, Cigarette électronique, Arôme, Nicotine

©Génération Sans Tabac


[1] La Presse, Les saveurs de vapotage pourraient être interdites par Santé Canada, 18/06/2021, (consulté le 21/06/2021)

[2] Cision, Santé Canada annonce de nouvelles restrictions pour prévenir le vapotage chez les jeunes, 18/06/2021, (consulté le 21/06/2021)

Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 21 juin 2021