Actualités

ACTA

L’ACTA exhorte les pays africains résister aux pressions de l’industrie du tabac avec la crise du Covid 19

Alors que la pandémie du COVID-19 mobilise l’ensemble des pays dans le monde, la communauté africaine de lutte antitabac constate l’utilisation de cette situation de crise par les multinationales du tabac. Tout comme dans d’autres pays, de plus en plus de voix s’élèvent au sein des pays d’Afrique pour alerter sur cette situation extrêmement dangereuse. Les fabricants de tabac profitent en effet de la pandémie actuelle pour s’engager dans des actions visant à améliorer leur image ou pour contrer les gouvernements qui souhaitent restreindre ou interdire complètement la vente de produits du tabac en vue de réduire les effets de la maladie.

L’Afrique du Sud par exemple est l’un des pays à avoir interdit les cigarettes dans le cadre de sa stratégie de lutte contre le virus. Cependant, la branche sud-africaine de British American Tobacco a exhorté le gouvernement à reconsidérer cette décision, tandis qu’une association[1] téléguidée par l’industrie du tabac a annoncé qu’elle allait poursuivre le gouvernement sud-africain pour avoir maintenu l’interdiction. Au Kenya, suite aux pressions exercées par l’industrie, les autorités ont inclus le tabac dans la liste de produits essentiels lors du confinement pour contenir le COVID-19.

Les fabricants de tabac font également pression pour proposer des partenariats. Or ces avec l’industrie du tabac sapent la crédibilité des gouvernements dans la protection de la santé de la population. Il existe en effet un conflit fondamental et inconciliable entre les intérêts de l’industrie du tabac et l’intérêt général des politiques de santé publique[2]. L’industrie du tabac essaye de faire partie de la solution, en proposant un soutien et des dons aux pays. Elle communique ainsi en direction des médias, des décideurs pour améliorer son image en visant à apparaître comme un acteur responsable, engagé socialement vis-à-vis de la population.

L’Alliance pour le Contrôle du Tabac en Afrique (ACTA) appelle la communauté africaine de lutte antitabac à être vigilante pendant cette période et appelle également les autorités publiques à se protéger de cette modalité d’ingérence de l’industrie du tabac. L’ACTA rappelle que la seule finalité poursuivie par les fabricants est de rendre leurs produits disponibles et attractifs afin d’en développer la consommation. Il est de la plus haute importance, selon l’ACTA, que les pays africains répondent à cet appel et ne laissent pas l’industrie du tabac gagner en capacité d’influencer les politiques antitabac à l’avenir, grâce à l’assistance » proposée aujourd’hui pour faire face à COVID-19.

A cet égard, le Tchad propose une approche beaucoup plus sûre susceptible d’être suivi par d’autres pays. Le pays a mis en place un mécanisme de financement du système de santé à partir de la fiscalité des produits du tabac et a strictement refusé toute démarche plus ou moins promotionnelle émanant des fabricants à propos de cette crise sanitaire.

Communiqué de presse de l’ACTA

©Génération Sans Tabac


[1] https://citizen.co.za/business/business-news/2271089/tobacco-association-announces-it-will-launch-a-legal-challenge-of-cigarette-ban/

[2] https://www.who.int/fctc/guidelines/article_5_3_fr.pdf

©Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 21 avril 2020