Actualités

baisse-tabac-femmes-enceintes-angleterre

Angleterre : Baisse encourageante mais insuffisante du tabagisme chez les femmes enceintes

De nouvelles données du National Health Service (NHS)[1] (qui est l’équivalent de l’assurance maladie) montrent que le taux de tabagisme chez les femmes enceintes au troisième trimestre est tombé à 9,5% en 2021 en Angleterre, son taux le plus bas depuis 2015. Une évolution encourageante mais toujours insuffisante pour remplir l’objectif du gouvernement d’atteindre 6% ou moins d’ici 2022.

La prévalence tabagique chez les femmes enceintes a diminué six fois plus rapidement entre 2019/20 et 2020/21 que la moyenne des quatre années précédentes. Cependant, afin d’atteindre l’objectif du gouvernement de 6 % ou moins de femmes enceintes fumeuses d’ici 2022, d’importants efforts doivent être déployés[2].

De profondes disparités selon les régions

Les taux les plus élevés de tabagisme pendant la grossesse se trouvent dans les régions et les communautés les plus pauvres, notamment dans le nord du pays. Dans le nord de l’Angleterre, les dernières données font état de 12,1% de femmes enceintes fumeuses au troisième trimestre. Cette proportion est seulement de 6,5% à Londres et dans le Sud-Est du pays.

Cependant ces régions sont également celles qui ont enregistré la plus forte baisse, contribuant avec une amélioration de la santé des communautés les plus précaires. Le NHS rappelle qu’une certaine prudence est de mise lors de l’interprétation des chiffres recueillis pendant la pandémie de COVID-19. Pourtant, il apparaît indiscutable que les taux de baisse les plus importantes de ces dernières années ont été observés dans des endroits du nord de l’Angleterre où il existe des stratégies globales pour lutter contre le tabagisme au sein des populations précaires, ainsi qu’un soutien ciblé et intensif auprès des femmes enceintes.

L’efficacité des programmes d’aide à l’arrêt ciblés 

Dans la région du Grand Manchester, le taux de tabagisme au troisième trimestre est passé de 12,6 % en 2017/18 à 9,8 % en 2020/21. En 2018 le programme de « grossesse sans fumée » du Greater Manchester Health and Social Care Partnerships[3] a été mis en place ; il est reconnu comme la meilleure pratique à l’échelle nationale. Entre avril 2020 et mars 2021, le programme a soutenu plus de 1 700 personnes dans leur parcours d’arrêt du tabagisme, en particulier des femmes enceintes et leurs partenaires, et a enregistré un taux de réussite de 65 %.

Le personnel de maternité du NHS dans le Grand Manchester a reçu une formation complète sur le tabagisme et ses risques, les mesures du taux de monoxyde de carbone (CO) pour vérifier l’exposition à la fumée de tabac chez les femmes enceintes et ensuite orienter ces personnes vers un service d’arrêt du tabac dirigé par la maternité.

Les risques du tabagisme actif et passif durant la grossesse

Le tabagisme actif et passif durant la grossesse augmente les niveaux de CO dans le corps et peut restreindre l’apport d’oxygène essentiel au bébé. Les risques de complications s’en trouvent grandement accrus. Les principales conséquences sur le fœtus de cette exposition au tabac avant la naissance sont bien documentées[4]. Sont particulièrement évoquées certaines malformations (cardiopathies congénitales, anomalies osseuses, de la face et du tube digestif) ; mort fœtale in utero (+50%) ; petit poids à la naissance (x 2) ; augmentation du risque de prématurité (environ +10%) ; fausses couches précoces.

Certaines conséquences de cette exposition prénatale sont aussi observables après la naissance : risques accrus de mort subite du nourrisson (x 2 à 4), d’asthme, de pathologies et d’infections respiratoires, de surpoids et d’obésité (x 1,5 à 2).[5]

La consommation de tabac chez les femmes enceintes et les adolescents en France est l’une des plus importantes d’Europe. Une enquête nationale de 2016 estime qu’environ 30% de femmes enceintes fument avant leur grossesse et que la moitié d’entre elles fument encore au 3ème trimestre de grossesse[6].

 

Mots clés : Angleterre, Tabagisme actif, tabagisme passif, grossesse, femmes enceintes

©Génération Sans Tabac


[1] NHS, Statistics on Women’s Smoking Status at Time of Delivery, 6 juillet 2021, consulté le 8 juillet 2021

[2] ASH UK, During the pandemic smoking in pregnancy fell below 10% for the first time since records began BUT Government still not on track to reach target of 6% or less by 2022, 6 juillet 2021, consulté le 8 juillet 2021

[3] Greater Manchester, Health and Social Care Partnership, New figures reveal smoking in pregnancy rates at all-time low in Greater Manchester, 6 juillet 2021, consulté le 8 juillet 2021

[4] CNCT, Des risques spécifiques pour les femmes, consulté le 8 juillet 2021

[5] Génération Sans Tabac, Les conséquences sur la santé de l’exposition au tabac à tous les âges de l’enfance, 16 avril 2021, 8 juillet 2021

[6] Demiguel V, Bonnet C, Andler R, et al. Évolution de la consommation de tabac à l’occasion d’une grossesse en France en 2016. Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 2018;(35-36):694-703. http://invs.santepubliquefrance.fr/ ou http://bit.ly/3qxLz7A

Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 19 juillet 2021