Tabac et ODD

On commence à se l’imprégner : le tabac est extrêmement dangereux pour la santé humaine mais il est aussi très dommageable pour l’environnement et le développement économique et les ODD. Un  milliard de personnes dans le monde fument chaque jour et environ 80% d’entre eux vivent dans des pays à revenu faible ou intermédiaire. Plus de 8 millions de personnes meurent du tabac chaque année, la majorité dans leurs années les plus productives (30 à 69 ans).

A cause de ses effets néfastes sur la santé, l’environnement, l’économie et j’en passe, le tabac est un frein aux objectifs du développement durable.

Avant tout, pour rappel la définition des ODD :

 « Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins. »

Rapport Brundtland – 1987

Les ODD se basent sur 3 piliers : économique, écologique et social

Vous l’aurez compris, l’industrie du tabac ne va pas vraiment dans le sens des ODD avec leurs produits mortels, de mauvaises pratiques commerciales, des pratiques environnementales destructrices et des normes du travail choquantes… En fait, pour faire simple l’industrie du tabac a un impact négatif sur chacun des ODD.

Malgré tout, pour garder à tout prix une belle image et surtout pour l’appât du gain, les cigarettiers n’ont pas baissé les bras et la notion même de développement durable a été instrumentalisée par cette industrie ! Ben oui, les gens commençaient à se rendre compte que cette industrie n’était pas vraiment socialement responsable …

Du coup … Comment apparaître comme un partenaire responsable et bienfaiteur de la société et améliorer sa crédibilité aux yeux du grand public … ?

Moyen n° 1 : Communiquer évidemment. Tous les fabricants ont une belle page dédié aux ODD et à la RSE sur leurs sites pour prétendre qu’ils se soucient de ces enjeux et qu’ils mettent tout en œuvre à leur niveau !

industrie-tabac-rse-blanchissement-moral-odd

Moyen n°2 : le mécénat et divers partenariats

En 2005, JTI finançait l’organisation d’une fête de Noël au sein de l’association Les Petits Frères des Pauvres. « Notre but est d’aider les personnes défavorisées pour améliorer leur qualité de vie. (…) Nos programmes sont centrés sur la réduction de la pauvreté, les personnes âgées, l’éducation des adultes et l’aide aux handicapés », indique le site institutionnel du fabricant.

Cynique pour le moins, lorsque l’on sait que les personnes socialement défavorisées sont les plus touchées par le tabagisme …

Récemment, on a eu affaire à Philip Morris, sponsor du pavillon suisse à l’expo universelle 2020 de Dubaï, pour la modique somme de … 2 millions de francs suisses, soit plus d’1,8 million d’euros.

tabac-odd-philip-morris

Et puis n’oublions pas les nouveaux sites écrans qui se veut scientifique scientifiques qui promeuvent, selon les dires fabricants, une alternative plus sûre avec leurs nouveaux produits du tabac … (produits de tabac chauffé) – une stratégie bien rodée pour entretenir le doute sur la nocivité de leurs produits !

sites-pseudo-scientifiques-industrie-tabac-objectif-developpement-durable

En résumé : PMI et les autres industriels du tabac comme JTI, BAT, SEITA-Imperial Brands souhaitent remplacer ses produits les plus nocifs par des produits qu’elle prétend être moins nocifs pour s’assurer de grossir le marché mondial de la nicotine.

En réalité, et sans surprise, ces entreprises continuent à freiner les objectifs de 2030 des ODD : Quelques illustrations :

Le travail des enfants dans la production mondiale de tabac:

Selon l’Organisation internationale du travail (OIT) plusieurs millions d’enfants sont impliqués dans la culture du tabac. Certaines sociétés productrices de tabac s’installent dans des pays moins réglementés, où elles négocient des prix extrêmement bas de la production de feuilles de tabac ce qui entraine souvent un endettement élevé du producteur et le petit producteur n’a pas les moyens d’engager du personnel de ce fait il est obligé d’entrainer l’ensemble de sa famille dans son travail. Ces enfants ne peuvent donc pas suivre une scolarité correcte et cela compromet leur avenir.

tabac-obstacle-odd-jeunes-culture-tabac

Impact environnemental : cycle de vie du tabac est toxique du début à la fin pour l’environnement:

La culture du tabac, la fabrication de produits du tabac et leur transport vers les détaillants ont tous de graves conséquences sur l’environnement, notamment

  • la déforestation,
  • l’utilisation de combustibles fossiles (séchage du tabac) et
  • le déversement de déchets dans l’environnement naturel (mégots, paquets…).

La culture du tabac est souvent cultivée sans rotation avec d’autres cultures, laissant les plants de tabac et le sol vulnérables à une variété de parasites et de maladies; en conséquence, les plants de tabac utilisent de grandes quantités de produits chimiques. Nombre de ces produits chimiques sont tellement nocifs et dangereux pour l’environnement et la santé des agriculteurs qu’ils sont interdits dans certains pays. À l’échelle mondiale, selon l’OMS 5,3 millions d’hectares de terres arables sont actuellement consacrés à la culture du tabac – des terres pouvant nourrir 10 à 20 millions de personnes.

Le tabac : Un marqueur social et une double –voire triple- peine pour les plus démunis

Chaque année, la consommation de tabac coûte à l’économie mondiale près de 2% de son produit intérieur brut (PIB), en raison des dépenses médicales et de la perte de capacité de production résultant de décès prématurés et de maladies. Les impacts se font également sentir au niveau des ménages car souvent un important budget au niveau de ces ménages est consacré au tabac ce qui diminue le budget consacré à l’éducation, au logement, à la santé, l’alimentation, l’achat d’habits pour les enfants… Les dépenses médicales liées au tabac, souvent trop élevées, peuvent conduire les ménages vulnérables à la pauvreté ou forcer des individus à renoncer à des soins qui sauvent des vies. Le serpent qui se mort la queue car une mauvaise santé prive les salariés de la capacité de subvenir aux besoins de leurs familles. Les plus défavorisés sont de facto ciblés par les industriels et plus exposés à l’initiation au tabagisme, fument davantage, sont plus dépendants, et ont plus de difficultés à arrêter de fumer. En d’autres termes : plus on est pauvre, plus on fume. Plus on est pauvre, plus le tabac est nocif. C’est ce que l’on peut considérer comme une double peine. Dans certains pays producteurs de tabac, cette inégalité sociale est encore renforcée par le travail, rémunéré de manière misérable, des enfants et femmes dans les champs de culture. Les enfants se voient notamment privés d’éducation et hypothèquent singulièrement leur avenir… la triple peine.

tabac-obstacle-objectifs-du-developpement-durable

En conséquence : l’industrie du tabac est un obstacle au développement des pays par le fait. C’est un cercle vicieux de la pauvreté (un important budget des ménages précaires est consacré au tabac), d’inégalité sociale en matière de santé, un destructeur de l’environnement ; elle détourne les terres cultivables qui pourraient contribuer à résoudre le problème de sécurité alimentaire. Elle entraine les petits producteurs dans une spirale d’endettement et alimente le travail des enfants. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la réduction de la consommation de tabac dans le monde représente un des moyens retenus pour parvenir aux objectifs du développement durable.

©Génération Sans Tabac


©Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 8 janvier 2020