Actualités

Cambodge

Cambodge: Une ONG lance une campagne contre la vente d’alcool et de cigarettes aux mineurs

Dans le cadre des efforts visant à réduire le taux d’abandon scolaire et à améliorer la santé publique, une ONG de Battambang au Cambodge, Great Peace Cambodia (GPC), a initié une campagne communautaire pour faire appliquer l’interdiction de vente d’alcool et de cigarettes aux mineurs en particulier dans les zones rurales. S’il est interdit de vendre des produits du tabac aux moins de 18 ans au Cambodge depuis 2015, la loi reste inappliquée notamment dans les zones rurales.

Le Cambodge compte environ 1,6 million de fumeurs au sein de la population âgée de 15 ans et plus. En 2015, environ 40% des hommes étaient des fumeurs, et en 2017 environ 3,6% de l’ensemble des adolescents (13-15 ans) consommaient du tabac, avec une prévalence plus élevée chez les garçons que chez les filles.[1] Si le taux de fumeurs en population générale a quelque peu diminué, de 4% entre 2014 et 2022, on note un écart entre les urbains et les habitants des zones rurales et en corollaire une pression financière plus importante pour ces personnes.[2]

Une interdiction de vente aux mineurs qui reste inappliquée

Le gouvernement du Cambodge a ratifié la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CCLAT) le 15 novembre 2005. En 2015, une loi nationale sur la lutte contre le tabagisme a été adoptée et bien qu’elle introduise des mesures fortes de lutte contre le tabagisme, telles que l’interdiction totale de la publicité pour le tabac, l’interdiction de fumer dans les lieux publics, l’interdiction de la vente de tabac aux mineurs de moins de 18 ans, la mise en place d’avertissements sanitaires graphiques, l’interdiction de vente de tabac dans les distributeurs automatiques, l’application de certaines mesures, notamment l’interdiction de vente aux mineurs demeure insuffisante.

Les produits du tabac restent particulièrement accessibles aux mineurs dans les zones rurales où la législation nationale n’est pas connue et où les contrôles de conformité sont inexistants.

De plus, les cigarettes restent bon marché et largement accessibles, en partie à cause des taxes relativement faibles sur les produits du tabac, faisant du Cambodge le deuxième pays d’Asie du Sud-Est après le Laos où le paquet de cigarettes est le plus abordable. Un paquet de 20 cigarettes vendu au détail au Cambodge est taxé aujourd’hui à hauteur de 25% pour les marques nationales, et 31,1% pour les marques importées. Ce niveau de taxatop, est sensiblement inférieur aux 75% recommandés par l’OMS.

Une initiative volontariste locale pour un problème global

Face à ces constats, une ONG de Battambang au Cambodge, Great Peace Cambodia (GPC), a mis en place une campagne ayant pour objectif de faire appliquer les interdits protecteurs concernant l’interdiction de la vente d’alcool et de cigarettes aux mineurs. A cela s’ajoute un volet de sensibilisation à l’attention  des écoliers sur les risques liés à ces produits. .

La campagne a débuté par une cérémonie inaugurale, où onze magasins près des écoles cibles dans la ville de Battambang et le district de Bavel se sont engagés à respecter l’interdiction de vente d’alcool ou de cigarettes aux jeunes de moins de 18 ans.[3] Avant le lancement du projet, des enquêtes avaient indiqué que 20 % des jeunes de la ville consommaient de l’alcool ou fumaient.

Kong Ponleu, responsable des programmes éducatifs de GPC, a indiqué que le directeur du département de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports de Battambang avait exprimé son intérêt à étendre ce projet à l’ensemble de la province, nécessitant une planification et une coordination minutieuses avec les dirigeants provinciaux et les autorités éducatives.

« Nous avons observé que, outre les facteurs socio-économiques, des problèmes personnels, y compris l’usage de cigarettes et d’alcool, contribuent à aggraver les taux d’abandon scolaire », a déclaré Kong Ponleu. En collaborant avec les commerçants proches des écoles, l’objectif est de créer un environnement plus sûr et plus sain pour les élèves.

Ponleu a souligné que le gouvernement avait été actif en matière de santé et d’éducation.

Yong Kim Eng, président du Centre pour le Développement et la Paix des Peuples, a loué l’initiative de Battambang mais a insisté sur la nécessité d’une application plus stricte et rappelle la limite de cette initiative qui reste volontariste. Pour être réellement efficace, une réglementation générale assortie de contrôles réguliers du respect de l’interdiction de vente aux mineurs doit être mise en place.

Cette initiative intervient alors qu’un Rapport sur la Situation des Jeunes, financé par l’UNFPA, l’UNICEF, le PAM et l’ONUSIDA, révèle que bien que 97 % des jeunes soient conscients des dangers de l’alcool et du tabagisme, 22 % consomment encore de l’alcool et 5 % des hommes âgés de 15 à 24 ans fument des cigarettes. Ce rapport soulignait également la nécessité de politiques publiques et de stratégies d’interventions plus efficaces pour réduire ces comportements à risque.

©Génération Sans Tabac

DT


 

[1] Karl Peltzer Supa Pengpid, Prevalence and determinants of tobacco use among school going adolescents in Cambodia and Vietnam: a cross-sectional study, pubmed, publié en 2017, consulté le 18 juin 2024

[2] Vietnam+, Plus de 15.000 Cambodgiens meurent chaque année de maladies liées au tabac , Vietnam+, publié le 10 mars 2023, consulté le 18 juin 2024

[3] Hong Raksmey, B’bang initiative targets alcohol, tobacco sales to students, The Phnom Penh Post, publié le 7 juin 2024, consulté le 18 juin 2024

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 21 juin 2024