Actualités

industrie-vapotage-lobby-tories

Royaume-Uni : un nouveau groupe parlementaire financé par l’industrie du vapotage

Selon une enquête du média britannique « I News », l’industrie du vapotage finance depuis mi-avril un groupe de députés au Royaume-Uni pour essayer d’affaiblir les réglementations à venir autour des produits du vapotage. L’Independent British Vape Trade Association (IBVTA) s’est ainsi engagée à verser 37 500 livres sterling à un nouveau groupe parlementaire multipartite (APPG) pour le « vapotage responsable ». Au total, Les entreprises de vapotage ont dépensé 470 000 livres sterling auprès des députés et de leurs soutiens à Westminster au cours des six dernières années[1].

Dix-sept députés et trois pairs ont rejoint l’APPG sur le vapotage responsable, dont 13 sont conservateurs.

L’APPG a déclaré qu’il avait l’intention de travailler avec le gouvernement à propos de la réglementation du secteur du vapotage. Cette déclaration fait suite à l’adoption ce 16 avril par la Chambre des communes, du projet de loi sur le tabac et les produits du vapotage, interdisant, entre autres, la vente de produits du tabac aux personnes nées après le 1er avril 2009[2].

Un groupe de pression destiné à affaiblir les futures réglementations autour du vapotage

L’industrie du tabac et du vapotage fait depuis longtemps la promotion des e-cigarettes en tant qu’outil pour arrêter de fumer au Royaume-Uni, malgré les alertes de prudence de l’Organisation mondiale de la santé. Les députés financés, réunis au sein de l’APPG, ont critiqué les projets visant à restreindre les arômes dans les produits du vapotage. Ils ont affirmé qu’une telle disposition pourrait conduire à une augmentation du tabagisme – faisant écho aux affirmations de l’industrie du vapotage. Le nouveau projet de loi sur le tabac et les produits de vapotage prévoit également d’interdire les produits de vapotage jetables (puffs), d’introduire des emballages neutres pour ces produits et de modifier la présentation des produits de vapotage dans les lieux de vente afin qu’ils n’attirent pas les plus jeunes.

Le président du groupe APPG, le député conservateur Gareth Johnson, a déclaré qu’il avait de « sérieuses inquiétudes concernant les parties du projet de loi relatives au vapotage » et les « conséquences involontaires qu’il pourrait avoir en poussant davantage de personnes à fumer ».

L’APPG a déclaré qu’il attendait du ministère de la santé britannique qu’il produise d’autres évaluations de l’impact des futures mesures relatives au vapotage et une consultation complète avant que La Chambre des Lords se prononce en juin prochain sur le projet de loi, en vue d’une adoption finale.

Un groupe de parlementaires très proche de l’industrie du tabac et du vapotage

L’APPG, dont l’IBVTA est l’unique bailleur de fonds avec des versements successifs de 37 501 et 39 000 livres sterling, a été répertorié pour la première fois dans les registres parlementaires mis à jour la semaine dernière. Sir Alistair Graham, ancien président de la commission de déontologie de la vie publique, a déclaré qu’un un groupe parlementaire financé par un organisme commercial de vapotage présentait « clairement » des conflits d’intérêts.

Le cas de la vice-présidente de l’APPG, la députée travailliste de North Tyneside Mary Glindon constitue une illustration des liens mis en place et de leurs conséquences. Celle-ci a assisté l’année dernière à une conférence organisée par l’UK Vaping Industry Association (UKVIA). À cette occasion, elle a déclaré « Notre tâche consiste à nous assurer que le parti travailliste écoute et s’engage auprès de l’industrie pour faire en sorte que le vapotage soit une alternative pour les 6,6 millions de personnes qui fument encore au Royaume-Uni ».

Mme Glindon a également parrainé un événement au Parlement au nom de Japan Tobacco International, en mai 2023. Elle a expliqué que cette manifestation avait été organisée pour mettre en lumière un rapport commandé par l’entreprise et contenant des « statistiques choquantes sur la disponibilité de vapes illégales et non conformes ».

D’autres exemples sont cités : Le groupe APPG comprend également Adam Afriyie, député conservateur de Windsor, qui entretient des liens des plus étroits avec le secteur des produits du vapotage. L’année dernière, lors d’une conférence de l’UKVIA, M. Afriyie en a assuré l’intervention principale et il y a reçu le prix du « parlementaire le plus favorable » aux intérêts du vapotage[3]. Il a accepté deux voyages tous frais payés pour une valeur de 18 720 livres sterling, financé par le Global Tobacco and Nicotine Forum, afin de participer à des événements de l’industrie qui se sont tenus aux États-Unis et en Corée du Sud. Il a également organisé un événement au Parlement en mars 2023 au nom de l’UKVIA.

De même, Mark Pawsey, député conservateur membre de ce nouveau groupe, était auparavant président d’un second APPG pour le vapotage. Cette structure a été dissoute l’année dernière. Il est établi qu’il a reçu 12 001 livres sterling de l’UKVIA. Depuis 2018, M. Pawsey a parrainé trois événements au Parlement au nom de l’UKVIA – le plus récent a eu lieu l’année dernière – et un quatrième pour Japan Tobacco International. En mai dernier, Pawsey a exhorté le gouvernement à profiter de sa participation à la Conférence des parties à la CCLAT (COP10) au Panama pour « défendre le vapotage ». Pour lui, « L’OMS et la CCLAT se sont obstinées à ignorer les preuves des avantages que les produits réglementés à base de nicotine qui ne brûlent pas de tabac –tabac chauffé–peuvent apporter à la santé publique ».

Les Conservateurs, perméables au lobby de l’industrie

Le groupe des Conservateurs reste très perméable à l’industrie du tabac. Depuis 2018, le Parti conservateur a reçu 400 000 livres sterling de Supreme 8 Limited, une entreprise appartenant à Sandeep Singh Chadha, qui vend des produits de vapotage.

L’enquête montre également que Sir Graham Brady, l’un des députés les plus puissants du Parti conservateur en tant que président du Comité 1922, a accepté un dîner de 600 livres sterling au British Museum pour lui et son épouse, payé par Japan Tobacco International (JTI) en 2019. David Morris et Craig Mackinlay, deux autres députés conservateurs, ont chacun reçu des billets pour un concert de Queen d’une valeur de 360 livres sterling en 2022, tandis que Michael Tomlinson – actuellement ministre – a accepté des billets d’une valeur de 396 livres sterling pour un événement de la Royal Academy of Arts en 2019 de la part de JTI.

Mots-clés : Royaume-Uni, lobby, ingérence, vapotage, cigarette électronique, Conservateurs, parlementaires, Japan Tobacco International

©Génération Sans Tabac

AE


[1] Alexa Phillips, Vaping companies have spent £470k on MPs and Westminster backers over the past six years, I News, publié le 15 avril 2024, consulté le 18 avril 2024

[2] Génération sans tabac, Royaume-Uni : l’interdiction de vente de tabac aux personnes nées après 2009 approuvée par la Chambre des communes, publié le 18 avril 2024, consulté le jour-même

[3] Génération sans tabac, Un parlementaire britannique récompensé par l’industrie du vapotage, publié le 5 décembre 2023, consulté le 18 avril 2024

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 20 avril 2024