Actualités

Royaume Uni : la fin du tabagisme pourrait créer un demi-million d’emplois

La fin du tabagisme au Royaume-Uni aurait des conséquences économiques particulièrement bénéfiques pour les fumeurs comme pour les finances publiques. Ce sont les conclusions d’une étude conjointement réalisée par Action on Smoking and Health (ASH), et le cabinet Landman Economics.

Le rapport, publié en octobre 2021, cherche à mesurer l’impact économique à long terme du « end game » au Royaume-Uni, c’est-à-dire de l’atteinte par les pouvoirs publics d’une consommation tabagique nulle au sein de la population britannique. Cette étude prend ainsi en compte les effets bénéfiques comme négatifs sur différents domaines, comme l’emploi, les recettes fiscales, la réallocation des budgets disponibles, etc[1].

16 milliards de valeur ajoutée brute supplémentaire et des centaines de milliers d’emplois créés

Selon le rapport, les fumeurs britanniques dépensent chaque année environ 18,49 milliards d’euros en tabac, qu’il soit légal ou issu du commerce illicite. Si la consommation tabagique s’arrête, c’est autant de pouvoir d’achat d’anciens fumeurs qui pourrait être dépensé vers d’autres biens et services, davantage créateurs de valeur ajoutée. Ainsi, un Royaume-Uni sans tabac verrait sa valeur ajoutée brute (VAB)[2] augmenter entre 15,4 et 16,6 milliards d’euros. Par ailleurs, l’étude avance qu’entre 460 000 et un demi-million d’emplois pourraient être créés à la suite de l’arrêt du tabagisme dans le pays.

Soulager les finances publiques de 771 millions d’euros

De la même manière, le bénéfice net pour les finances publiques atteindrait plus de 771 millions d’euros, car les recettes fiscales aujourd’hui générées par le tabagisme, avoisinant 8,9 milliards d’euros, sont bien inférieures aux dépenses de santé et à la baisse de la productivité liées au tabagisme (9,6 milliards d’euros). Par ailleurs, ce calcul ne prend pas en compte les coûts associés à l’impact environnemental du tabagisme, supportés par les collectivités.

Instaurer une taxe pollueur-payeur

Pour Action on Smoking and Health, ces résultats démontrent la nécessité de lutter plus intensément contre le tabagisme au Royaume-Uni, autant pour des raisons de santé publique, économique que fiscale. Les multinationales de tabac, contrôlant 95% du marché britannique, dégagent en moyenne de fortes marges bénéficiaires, de l’ordre de 50%, bien plus élevées que celles générées par les produits de consommation classiques. Action on Smoking and Health propose ainsi de plafonner les bénéfices de l’industrie à 10%, afin d’alimenter un fonds de 830 millions d’euros, dont une partie pourrait être dédiée à la lutte contre le tabagisme[3].

 

Mots clés : End Game, Royaume-Uni, Emplois

©Génération Sans Tabac

FT


[1] Landman Economics, The economic impact of a smokefree United Kingdom: technical report, 10/2021, (consulté le 27/10/2021)

[2] La VAB est un dérivé du Produit Intérieur Brut. Cet indicateur additionne la production de valeur au niveau de l’industrie au prix d’acquisition (prix payé par l’acheteur pour chaque unité de production), en évacuant les opérations intermédiaires participant à la production pour d’autres industries, afin d’éviter un double comptage.

[3] Action on Smoking and Health, Ending smoking in the UK would increase the number of UK jobs by nearly half a million, 23/10/2021, (consulté le 27/10/2021)

Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 27 octobre 2021