Actualités

Règlement sur la promotion des produits de vapotage : la Coalition déçue

Le Règlement sur la promotion des produits de vapotage, récemment publié dans la partie II de La Gazette du Canada, a fortement interpellé la Coalition, qui a enjoint les partis d’opposition à déposer un projet de loi privé. L’objectif : une meilleure protection des jeunes.

Le vapotage chez les jeunes sujets au Canada

Les données de Statistique Canada montrent que la grande majorité des consommateurs des produits de vapotage sont des jeunes (qui n’ont jamais fumé) ou des fumeurs qui vapotent et qui continuent de fumer. Selon l’Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues chez les élèves[1], la proportion de jeunes qui ont vapoté dans les 30 derniers jours a plus que doublé entre 2016/17 et 2018/19 (passant de 10 à 20 %), la plupart d’entre eux n’ayant quasiment jamais fumé auparavant.

De nouvelles mesures

Dans le cadre du règlement, la publicité en faveur des produits de vapotage pouvant être vue par les jeunes dans lieux publics sera interdite à partir du 7 août, et à partir du 6 septembre dans les points de vente qui leur sont accessibles. Toutefois, les vidéos promotionnelles restent autorisées dans les bars, ainsi que sur les sites Internet et réseaux sociaux limités aux adultes. Malheureusement, ces contenus sont facilement accessibles aux adolescents, et associent fréquemment vapotage et « branchitude ». La Coalition et d’autres groupes de santé avaient déjà signalé ce problème à la ministre Patty Hadju et à Santé Canada en janvier dernier.

Un règlement et des correctifs insuffisants

Selon Flory Doucas, porte-parole et codirectrice de la Coalition, « Ce règlement témoigne du laissez-faire habituel du gouvernement fédéral face à l’enjeu du vapotage chez les jeunes et les non-fumeurs de façon générale. La loi de 2018 légalisant les produits de vapotage était trop faible, et les correctifs réglementaires d’aujourd’hui le sont aussi, en plus d’arriver 18 mois en retard. Le gouvernement aurait dû agir d’urgence en 2019 alors qu’il était évident que l’industrie déployait des stratégies de promotion agressives et abusives et que le vapotage nicotinique augmentait en flèche chez les jeunes. En fait, les nouvelles mesures existent essentiellement déjà au Québec depuis 2016, mais n’ont pas été suffisantes pour renverser la tendance à la hausse du vapotage chez les jeunes ».

Combler les lacunes de la réglementation

Pour Flory Doucas, il est urgent de rendre les produits de vapotage :

– moins attractifs, en interdisant l’ajout de saveurs,

– moins addictifs, en limitant leur taux de nicotine.

Elle ajoute que « le fédéral continue de permettre l’aromatisation des liquides de vapotage alléchants pour les jeunes comme les saveurs de fruits. Les inspecteurs fédéraux saisissent d’innombrables produits non-conformes – comme des saveurs de bonbons – mais n’émettent jamais d’amendes. Le fédéral continue aussi de permettre des taux de nicotine trois fois plus élevés (66 mg/ml) que ceux permis par l’Union Européenne (20 mg/ml) ».

 

©Génération Sans Tabac


[1] Résumé des résultats de L’Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues chez les élèves 2018-2019, Santé Canada (consulté le 16 juillet 2020).

[2] Promotion des produits de vapotage : Désespérée par les lacunes de la nouvelle réglementation fédérale, la Coalition appelle les partis d’opposition à déposer un projet de loi privé pour mieux protéger les jeunes, www.lelezard.com (Montréal : 8 juillet 2020 – consulté le 16 juillet 2020).

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Canada : les jeunes vapoteurs ont plus que doublé en l’espace de deux ans, Génération sans tabac (5 mai 2020 – consulté le 16 juillet 2020).

CNCT, Vers un durcissement de la législation sur le vapotage au Canada, Génération sans tabac (24 avril 2020 – consulté le 16 juillet 2020).

DNF – Pour un Monde ZeroTabac | CF

Publié le 17 juillet 2020