Actualités

Nouvelle-Zelande-generation-sans-tabac-2025

Nouvelle-Zélande : perception de l’objectif d’une société sans tabac par les fumeurs défavorisés

Les fumeurs défavorisés seraient davantage favorables au soutien à l’arrêt du tabac qu’à d’autres mesures et méconnaissent l’objectif d’une société sans tabac, indique une étude qualitative néozélandaise. Leur discours sur le choix individuel, fortement influencé par celui de l’industrie du tabac, les expose toutefois à s’isoler socialement.

Impulsé en Nouvelle-Zélande dès 2010, l’objectif « Smokefree Aotearoa 2025 » (« Nouvelle-Zélande sans fumée 2025 ») est de parvenir à un niveau minimal de 5% de fumeurs au sein de la population. A quelques années de son échéance et face à la difficulté de tenir cet objectif, des chercheurs en santé ont exploré la perception des futures mesures de réduction du tabagisme auprès d’un échantillon de fumeurs issus de milieux défavorisés[1].

Une préférence des fumeurs défavorisés pour le soutien à l’arrêt du tabac

Dans tous les pays occidentaux, la baisse de la prévalence du tabagisme est moins sensible parmi les populations défavorisées que dans d’autres couches de la société. Ce constat est aussi valable en Nouvelle-Zélande, en particulier au sein des minorités maori et polynésienne. Surmonter les réticences de ces fumeurs défavorisés à s’affranchir du tabac est l’un des défis pour la poursuite de l’objectif 2025.

Les limites de la démarche individuelle

L’un des écueils, pointé par les chercheurs, de ces discours de fumeurs est l’importance attribuée au choix personnel dans la dépendance tabagique, qui reprend la rhétorique développée par l’industrie du tabac. Cette orientation tend d’une part à ignorer la dimension sociale et commerciale du tabagisme, et à d’autre part enfermer les fumeurs dans un « choix » en fait dicté par l’addiction à la nicotine. Les populations défavorisées disposent en effet de moins d’informations et de ressources personnelles et financières pour arrêter de fumer, et ceux qui n’y parviennent pas risquent d’accentuer leur stigmatisation sociale, dans un contexte où le tabagisme ne concernerait plus qu’une minorité.

Les auteurs soulignent par ailleurs que les fumeurs interrogés avaient spontanément une compréhension erronée de « 2025 sans fumée », pensant qu’il s’agissait de l’arrêt des ventes de tabac, mais qu’ils percevaient favorablement cet objectif une fois qu’il est correctement expliqué[2]. Une campagne massive de communication expliquant mieux les objectifs de ce plan et les manipulations de l’industrie du tabac est donc considérée comme indispensable pour continuer de dénormaliser le tabac et accompagner les prochaines initiatives.

Pour sortir de la logique individuelle du tabagisme, les auteurs préconisent les mesures d’ordre structurel, comme le rehaussement de l’âge légal d’achat du tabac, la restriction du nombre de points de vente et la mise en circulation de cigarettes à très faible teneur en nicotine[3]. La mise en vente des cigarettes à faible teneur en nicotine n’est toutefois envisagée qu’en combinaison avec un meilleur accès aux cigarettes électroniques, une proposition qui contraste avec l’orientation plutôt restrictive que prend actuellement le voisin australien en matière de vapotage[4].

La nécessité de dénormaliser le tabac

Des mesures politiques, telles que la réduction du taux de nicotine dans les cigarettes, pourraient soutenir les objectifs visant à éradiquer le tabagisme ; cependant, une meilleure compréhension de l’addiction par le public est nécessaire pour réduire la « stigmatisation », soutenir l’auto-efficacité et encourager l’arrêt du tabac. Les campagnes de dénormalisation de l’industrie pourraient remettre en question la perception du tabagisme comme un choix personnel, diminuer l’auto-culpabilisation des personnes qui fument et présenter les objectifs finaux comme susceptibles de renforcer l’autonomie.

Mots-clés : Smokefree 2025, Nouvelle-Zélande, publics défavorisés, fumeurs, dénormalisation

©Génération Sans Tabac

MF


[1] Barbalich I, Gartner C, Edwards R, Hoek J, New Zealand Smokers’ Perceptions of Tobacco Endgame Measures: A Qualitative Analysis, Nicotine & Tobacco Research, 2021, 1–7.

[2] Hoek J, Barbalich I, Edwards R, Gartner C, A qualitative analysis of how people who smoke and manage lower incomes perceive the Smokefree 2025 goal, N Z Med J, 21 May 2021, Vol 134 No 1535

[3] Edwards R, Hoek J, Waa A, World-leading action plan on smoking will reduce harm, Otago Daily Times. Publié le 15 septembre 2021, consulté le 15 septembre 2021.

[4] Génération Sans Tabac, Restrictions drastiques sur le vapotage en Australie, publié le 10 septembre 2021, consulté le 15 septembre 2021.

Comité National Contre le Tabagisme |

 

Publié le 22 septembre 2021