Actualités

Malaisie

Vers une plus forte réglementation du vapotage en Malaisie

Lors d’une session parlementaire en Malaisie, le gouvernement a fait entendre sa volonté d’aller vers un renforcement réglementaire à propos de l’industrie du vapotage. Le Ministre de la santé a notamment fait part de ses interrogations sur les répercussions de ce nouveau secteur, sur les finances publiques, comme sur la santé des Malais[1].

Alors qu’un député malais interrogeait le Ministre de la Santé à propos de son soutien éventuel envers l’industrie du vapotage, en raison de son poids économique grandissant, de l’opportunité qu’elle pouvait représenter en matière d’emplois comme de rentrées fiscales, ce premier a développé un discours critique à l’égard des cigarettes électroniques. Selon lui, les opportunités économiques associées à la consommation de celles-ci doivent être pondérées par les coûts encore trop incertains liés à ces nouveaux modes de consommation.

Une réaction conforme aux impératifs de la CCLAT

Ainsi, loin d’apporter un soutien à l’industrie du vapotage, le Ministre de la Santé malais évoque une nécessité de réglementer l’utilisation de cigarettes électroniques, qualifiée d’ « épidémie mondiale ». Cette réaction politique s’inscrit en adéquation avec les recommandations de la Convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé pour la lutte antitabac (CCLAT). D’une part, le Traité contraint les Parties à garantir que les « politiques ne soient pas influencées par les intérêts commerciaux et autres de l’industrie du tabac[2] ». D’autre part, la CCLAT exige des pouvoirs publics la mise en œuvre de « mesures législatives, exécutives, administratives […] afin d’élaborer des politiques appropriées pour prévenir et réduire la consommation de tabac, l’addiction nicotinique[3] ». Autrement dit, d’un point de vue réglementaire, les considérations sanitaires priment sur les considérations économiques, et la promotion de l’industrie de la nicotine est incompatible avec les objectifs de santé publique de la CCLAT.

Mots clés : Malaisie, Vape

©Génération Sans Tabac


[1] MOH fears vaping will cost Malaysia more than potential tax income, seeks tight controls on industry, Malaymail, 4 décembre 2020

[2] Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, article 5.3

[3] Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac, article 5.2

Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 8 décembre 2020