Actualités

cigarettes électroniques

L’OMS appelle à renforcer la réglementation des cigarettes électroniques

Dans une note, l’Organisation mondiale de la santé fait état de la forte croissance de la consommation des cigarettes électroniques, en partie due à des stratégies marketing ciblant les plus jeunes générations. Soulignant le caractère addictif de ces dispositifs, et l’absence de preuves de leur efficacité dans le sevrage tabagique, l’OMS formule un certain nombre de recommandations à destination des pouvoirs publics.

Le marché des cigarettes électroniques connaît une expansion rapide à l’échelle mondiale, passant de 7,5 milliards de dollars en 2015 à 22,3 milliards en 2022, soit une croissance de près de 300% en sept ans[1].

Stratégies marketing, bas prix, arômes attrayants : les raisons d’un succès auprès des jeunes

Selon l’Organisation mondiale de la santé, cette situation s’explique notamment par les stratégies marketing agressives des fabricants, ciblant prioritairement les enfants et les adolescents. Ainsi, les cigarettes électroniques sont de loin le dispositif offrant le plus large éventail d’arômes, parmi l’ensemble des produits du tabac et de la nicotine. Ces arômes, connaissant un succès auprès des jeunes générations, augmentent la toxicité des produits, masquent le goût âcre de la nicotine et facilitent l’initiation et le passage d’une consommation expérimentale à une consommation régulière.

Ceux-ci sont par ailleurs essentiellement et massivement promus à travers des stratégies de marketing digital (réseaux sociaux, influenceurs). Or, il est aujourd’hui démontré qu’une exposition à un contenu publicitaire, même brève, se traduit par une plus forte intention de la part des adolescents à consommer ces produits, et est associée à une opinion positive à l’égard de ce type de dispositif. De la même manière, un grand nombre de cigarettes électroniques sont conçus pour ressembler à des objets de consommation courante (stylo, rouge à lèvres, etc.), les rendant plus difficilement détectables, notamment pour les parents ou la communauté éducative. Enfin, les cigarettes électroniques jetables (puffs), connaissent un succès grandissant auprès des jeunes générations, porté par les arômes, ainsi que par leur prix de plus en plus accessible.

Pour l’OMS, le rôle des cigarettes électroniques dans le sevrage tabagique n’est pas démontré

L’Organisation mondiale de la santé rappelle que ces produits, en tant que produit de consommation courante et dans leurs conditions réelles d’utilisation, ne sont pas démontrées comme étant efficaces comme outil de sevrage tabagique.

Sur la base de ces éléments, l’OMS formule plusieurs recommandations à destination des pouvoirs publics. Pour les pays ayant interdit la commercialisation de cigarettes électroniques, l’OMS insiste sur la nécessité de veiller au respect de cette interdiction tout en investiguant sur les modalités d’approvisionnement et de consommation possibles et enfin de s’assurer de l’absence de promotions de ces produits. Pour les pays n’ayant pas introduit d’interdiction de commercialisation, l’OMS recommande d’en réduire l’attrait, en réglementant davantage ces produits (arômes, design, etc.), de mieux protéger la population contre le risque de désinformation à l’égard de ces produits, d’interdire la vente de ces dispositifs aux mineurs, de mieux contrôler la chaîne d’approvisionnement, d’appliquer les mesures des produits du tabac aux cigarettes électroniques, ou encore de renforcer la surveillance de ces produits et la mise en œuvre des réglementations associées.


©Génération Sans Tabac

FT

[1] Organisation mondiale de la santé (OMS), Cigarettes électroniques, 05/05/2024, (consulté le 13/05/2024)

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 18 mai 2024