Actualités

plages-sans-tabac-barcelone

L’évaluation des plages sans tabac sur le comportement des fumeurs est très favorable à la mesure

Une étude quasi-expérimentale réalisée sur plusieurs plages de Barcelone devenues sans tabac relève une moindre consommation de tabac et souligne combien ce changement est accueilli favorablement par les autres usagers des plages. Elle valide ainsi le principe des plages sans tabac, qui se multiplient à travers le monde.

Le principe des plages où il est interdit de fumer est apparu aux Etats-Unis au début des années 1990, avant de se répandre en Australie et au Canada, puis en Italie, en Espagne et en France. Les études ayant évalué ce type de mesure sont toutefois rares. Une équipe de chercheurs espagnols s’est proposé de conduire une évaluation de ce type sur plusieurs plages de Barcelone, en utilisant un protocole quasi-expérimental[1].

Etude et observation sur plusieurs plages, avec et sans tabac

Dans ce protocole, 4 plages sans tabac ont été sélectionnées comme terrain d’observation, tandis que 5 autres plages ne bénéficiant pas encore de cette mesure servaient de groupe témoin. Plusieurs équipes d’enquêteurs-observateurs ont à la fois interrogé les usagers des plages et les ont observés selon des protocoles d’étude éprouvés. Lors des entretiens, il était demandé, en plus du statut tabagique et de données sociodémographiques, si la personne avait observé sur la plage des changements chez les fumeurs et si elle était satisfaite de cette mesure.

Ces opérations ont été réalisées avant et après le décret municipal instaurant ces plages sans tabac, accompagné d’une campagne de communication conduite dans les médias et sur les réseaux sociaux ; des panneaux d’information et des haut-parleurs diffusaient également ces informations sur les plages. Des opérations de ramassages de mégots ont par ailleurs été menées avant et après cette intervention, pour tenter d’évaluer l’efficacité d’une telle mesure.

Deux périodes d’enquête se sont succédé, du 15 au 28 mai 2021 et du 29 mai au 12 septembre 2021, soit avant et après l’annonce de la mesure. Au total, 3751 personnes ont été interrogées, dont 619 avant l’annonce de cette mesure et 3132 après celle-ci. 1108 observations de comportement ont été menées, 144 dans la période pré-annonce et 964 dans celle post-annonce, et ont permis d’analyser les comportements de 7204 usagers des plages.

Une mesure de protection de la santé qui dénormalise aussi le tabac

Les usagers des plages ayant remarqué quelqu’un fumer étaient sensiblement moins nombreux, en diminution de 30%. De même les observations de personnes fumant sur la plage ont chuté de 70% avant et après l’adoption et la mise en œuvre de la mesure.

La notation attribuée à la politique des plages sans tabac se situe pour sa part à 8,3, sur une échelle de satisfaction allant de 1 à 10. Cette notation étant proche du taux de satisfaction obtenu par une étude similaire conduite sur les plages sans tabac de Vancouver, les auteurs estiment que cette extension de l’interdiction de fumer dans les espaces publics est une mesure à la fois réalisable et socialement appréciée. Ils soulignent l’intérêt d’une telle mesure, tant pour protéger la santé des non-fumeurs – exposés au tabagisme passif – que celle des fumeurs – en les amenant à moins fumer et en les protégeant d’un sur-risque associé au tabagisme passif. A cela s’ajoute pour les auteurs une réduction de la visibilité des fumeurs et une dénormalisation de la consommationde tabac.

Les observations ont toutefois indiqué une augmentation de la population de fumeurs sur les plages où il était encore possible de fumer, ce qui laisse supposer qu’un déplacement de certains fumeurs s’est opéré vers ces plages. Elles ont aussi permis de relever une présence plus importante de personnes âgées sur les plages sans tabac après l’intervention, ce qui suggère un effet positif de la mesure auprès d’une population vulnérable. Le nombre de mégots collecté semble de son côté montrer une réduction du tabagisme sur les plages devenues sans tabac, mais les données étaient trop parcellaires pour en tirer de véritables conclusions ; des données similaires ont cependant également été établies dans les parcs et les plages de New York devenus sans tabac.

La présence d’un groupe témoin et l’utilisation d’une méthodologie standardisée et éprouvée permettent de valider une certaine efficacité des interdictions de fumer sur les plages et dans d’autres espaces publics alors même que des sanctions n’avaient pas été prononcées ici par des corps de contrôle. L’instauration de contrôles pourrait toutefois s’avérer nécessaire pour parvenir à une observation complète de l’interdiction de fumer dans ces espaces, et non d’obtenir une simple réduction.

Mots-clés : Barcelone, plages sans tabac, évaluation, dénormalisation.

©Génération Sans Tabac

MF

[1] Valmayor S, González K, López MJ, et al. Evaluation of a smoke-free beaches intervention in Barcelona: a quasi-experimental study, Tobacco Control, Published Online First: 04 July 2023. doi: 10.1136/tc-2022-057873

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 13 juillet 2023