Actualités

cancer-de-la-vessie-tabac

Le tabac, premier facteur de risque de survenue du cancer de la vessie

À l’occasion du mois de sensibilisation au cancer de la vessie, l’Association française d’urologie (AFU) et l’association de patients Cancer vessie France ont lancé une campagne d’information sur ce cancer. Selon l’AFU, le tabagisme actif constitue le premier facteur de risque dans l’apparition de ce cancer, responsable d’environ 5 000 décès par an en France.

L’AFU[1] et Cancer vessie France entendent sensibiliser sur les premiers signes d’alerte de la maladie pour obtenir un diagnostic le plus rapidement possible. Le symptôme le plus courant du cancer de la vessie est la présence de sang dans les urines. D’autres symptômes sont le besoin d’uriner plus souvent ou de manière plus urgente, ainsi que des douleurs ou des brûlures pendant la miction.

Lorsque le diagnostic est tardif, seul un patient sur deux survit dans les 5 ans qui suivent. Ce taux tombe à 5 % lorsqu’il est métastasé.

Chez les femmes, les symptômes sont souvent mal interprétés, ce qui peut retarder le diagnostic. Or le nombre de femmes touchées est en hausse en raison d’une augmentation du taux de tabagisme chez les femmes ces dernières décennies[2].

Le tabagisme augmente le risque de cancer de la vessie

Les composants toxiques inhalés pénètrent dans la circulation sanguine. Ils sont ensuite filtrés par les reins et se retrouvent dans l’urine. Lorsque l’urine est stockée dans la vessie, ces produits chimiques entrent en contact avec la paroi de la vessie.

Les fumeurs ont ainsi 5,5 fois plus le risques de subir un cancer de la vessie que les non-fumeurs.  Le tabagisme est le facteur modifiable le plus important associé au risque de cancer de la vessie. Il est à l’origine de plus d’un cancer de la vessie sur deux chez les hommes (53 %) et près de 4 sur 10 chez les femmes (39 %). Les personnes les plus exposées sont celles qui fument beaucoup, ont commencé jeune et continuent à fumer pendant longtemps. Ce cancer touche entre 13 et 20 000 nouvelles personnes en France et 5 000 décès lui sont attribuables.

Arrêter de fumer est l’un des meilleurs moyens de prévenir le développement du cancer de la vessie et d’autres maladies liées au tabagisme. Quelques années après avoir arrêté de fumer, le risque de développer un cancer de la vessie diminue de moitié environ[3].

©Génération Sans Tabac

AE


[1] Campagne Cancer de la vessie, Association française d’Urologie, consulté le 14 mai 2024

[2] Cancer de la vessie : attention au tabac !, Infirmiers.com, publié le 7 mai 2024, consulté le 14 mai 2024

[3] International Agency for Research on Cancer. IARC Handbooks of Cancer Prevention, Tobacco Control, Vol. 11: Reversal of Risk After Quitting Smoking. Lyon (France); 2007

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 17 mai 2024