Actualités

Minneapolis

Le paquet de cigarettes à 15 dollars : Minneapolis instaure un prix minimum de vente

Le tabac va devenir plus cher dans la ville étatsunienne de Minneapolis, suite à une ordonnance adoptée par le conseil municipal. Cette hausse des prix des produits du tabac a été décidée dans une optique de prévention, notamment en faveur des minorités, plus durement touchées par le tabagisme.

Le 25 avril, une ordonnance du conseil municipal de la ville du Minnesota a décidé d’augmenter le prix des produits du tabac, en fixant un prix minimum de vente d’un paquet de cigarettes à 15 dollars, soit environ 14 euros. Selon les membres du conseil à l’origine de cette initiative, il s’agit d’un des prix minimums les plus élevés de l’ensemble des Etats-Unis. La ville s’est également attaquée aux stratégies publicitaires de l’industrie du tabac, en interdisant les pratiques promotionnelles, et a renforcé les sanctions à l’encontre des points de vente en infraction de la réglementation en vigueur[1].

Une mesure efficace pour réduire le tabagisme, notamment chez les jeunes

Le conseil municipal a souligné le caractère efficace des politiques de hausses tarifaires pour faire reculer la consommation et faire reculer l’initiation tabagique. Ainsi, comme le souligne la littérature scientifique consacrée à la fiscalité du tabac, une augmentation de 10% du prix des produits du tabac fait reculer le tabagisme de 3 à 5% auprès des adultes. Les politiques fiscales sont par ailleurs particulièrement efficaces sur les jeunes générations, plus sensibles à l’argument du prix, puisqu’une même hausse fait reculer la consommation des adolescents de 6 à 7%.

La protection des communautés visée par le prix minimum de vente

Par ailleurs, le conseil municipal a souligné que cette ordonnance pourrait être particulièrement bénéfique pour les minorités, plus lourdement impactées par le tabagisme. En effet, les données de consommation sur le tabac aux Etats-Unis montrent de fortes disparités de prévalence tabagique selon les communautés ethniques. Ainsi, selon l’American Lung Association, les communautés Afro-américaine et amérindienne ont les prévalences tabagiques les plus élevées (16,8% et 21,9%), tandis que la communauté asiatique consomme relativement peu de tabac (7% de fumeurs chez les adultes)[2]. Ces fortes disparités s’expliquent notamment par les stratégies marketing de l’industrie du tabac, dont les pratiques de ciblage ethniques ont été fortement documentées. Ainsi, la communauté Afro-américaine fait l’objet d’une stratégie de ciblage particulièrement agressive par l’industrie du tabac pour le menthol conduisant au fait que près de 90% des fumeurs Afro-américains consomment des produits du tabac mentholés. En conséquence, le tabac mentholé participe activement à renforcer les inégalités sanitaires entre communautés, et est à l’origine du décès prématuré de plus de 40 000 Afro-américains par an.

Des politiques volontaristes de lutte contre le tabagisme

Cette ordonnance fixant un prix minimum de vente s’inscrit dans une politique générale de lutte contre les produits du tabac et de la nicotine entreprise par la ville. Ainsi, à l’instar de Chicago, Washington DC, ainsi que des États de Californie et du Massachusetts, Minneapolis a récemment adopté des restrictions à la vente de cigarettes électroniques aromatisées et de cigarettes manufacturées au menthol. Quelques années auparavant, le conseil municipal de la ville a interdit le vente de produits du tabac à toute personne âgée de moins de 21 ans[3].

Mots-clés : Prix, Minneapolis

©Génération Sans Tabac

FT


[1] CBS News, Minneapolis City Council passes tobacco ordinance that sets $15 minimum price for cigarettes, 27/04/2024, (consulté le 29/04/2024)

[2] American Lung Association, Tobacco Use in Racial and Ethnic Populations, (consulté le 29/04/2018)

[3] CBS News, Minneapolis City Council Unanimously Raises Age To Buy Tobacco To 21, 25/05/2018, (consulté le 29/04/2018)

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 6 mai 2024