Actualités

publicité-pour-le-vapotage-jeunes

La publicité pour le tabac demeure conséquente

L’article 13 de la Convention-cadre pour la lutte antitabac (CCLAT) oblige les Parties au traité à mettre en œuvre et à appliquer une interdiction complète de la publicité, de la promotion et du parrainage du tabac dans les cinq ans suivant la ratification du traité. Trente pays ne sont qu’à une disposition de l’interdiction complète de la publicité.

Objectif et l’impact de la publicité

L’un des principaux objectifs de la publicité pour le tabac est d’attirer de nouveaux clients.  Les compagnies de tabac utilisent des modalités diversifiées pour promouvoir leurs produits en segmentant leurs cibles. Les activités de publicité, de promotion et de parrainage du tabac sont adaptées à des populations spécifiques. Les jeunes et les femmes sont particulièrement ciblés. L’exposition à la publicité et à la promotion du tabac augmente la probabilité que les adolescents commencent à consommer du tabac. Cette initiation conduit au maintien et au développement de la norme tabagique. De nouveaux produits sont également lancés sur les marchés et la promotion qui les accompagne vise à contourner les règlementations existantes et à maintenir l’acceptabilité sociale du tabac.

Malgré leur efficacité, la plupart des pays n’ont pas totalement interdit les publicités[1]

Les directives de l’article 13[2] recommandent que l’interdiction de la publicité, de la promotion et du parrainage du tabac soit complète et intègre la suppression des étals des produits du tabac dans les points de vente ainsi que l’adoption du paquet neutre pour supprimer l’utilisation du paquet comme support publicitaire.

  • Seuls sept pays de la Région européenne de l’OMS comptent une interdiction totale de toute forme de publicité directe et indirecte[3].
  • Les formes de publicité, de promotion et de parrainage sur le tabac qui subsistent fréquemment sont l’affichage sur le lieu de vente du tabac, l’utilisation du packaging comme support publicitaire et les placements produits ou comportementaux à la télévision et / ou cinéma. En 2018, seuls 10 pays de la Région européenne (19%) avaient interdit l’affichage des produits du tabac dans les points de vente[4].

Les mesures qui doivent être mises en place

  • Le principe d’une interdiction générale et sans exception de la publicité, de la promotion et du parrainage devrait être adopté.
  • Les exceptions qui persistent concernant la publicité sur les lieux de vente, par voie d’affichage ou par le maintien de l’étal des produits, l’utilisation du packaging devraient être supprimées.
  • Il est important d’inclure les nouvelles technologies, telles que l’utilisation des médias sociaux, dans le champ de la surveillance et de l’application de l’interdiction.
  • La législation doit s’appliquer aussi bien aux publicités domestiques qu’aux publicités transfrontalières entrantes et sortantes, comme la publicité sur le tabac sur les sites Internet, les réseaux de diffusion internationaux. Il en est de même pour le parrainage quel qu’il soit et notamment d’événements sportifs et culturels internationaux.

En savoir plus : RAPPORT DE L’OMS SUR L’ÉPIDÉMIE MONDIALE DE TABAC, 2019

©Génération Sans Tabac


[1] https://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0006/447333/Enforce-bans-on-TAPS-eng.pdf

[2] https://www.who.int/fctc/treaty_instruments/article_13_fr.pdf?ua=1

[3] Rapport de l’OMS sur l’épidémie mondiale de tabac, 2019

[4] Ibid

©Comité National Contre le Tabagisme |

Publié le 1 juillet 2020