Actualités

La fin du vapotage envisageable à Melbourne ?

Dans une logique d’alignement avec l’interdiction de la cigarette, la ville de Melbourne envisage désormais d’interdire la cigarette électronique.

 

Depuis plusieurs mois, la municipalité de Melbourne, en Australie, projette d’interdire le vapotage dans les lieux non-fumeurs de la ville. A la veille du vote, les conseillers municipaux sont, comme l’opinion publique, divisés sur la question.

 

Les espaces sans tabac deviendraient aussi sans cigarettes électroniques

Melbourne, la deuxième ville australienne qui en 2014 affichait déjà sa volonté d’être une ville sans tabac d’ici 2016, porte aujourd’hui son attention sur le vapotage. Cette ville de 4 millions d’habitants compte 11 types d’espaces dans lesquels il est interdit de fumer. La plupart d’entre eux se concentrent dans le quartier Central Business District (CBD), le centre névralgique de la capitale du Victoria. La municipalité envisage, en 2020, de placer le vapotage au même niveau que le tabagisme.

Pour ce faire, la ville de Melbourne prévoit d’étendre les interdictions locales en y incluant le vapotage. Par ce biais, c’est la définition du tabagisme qui s’en retrouverait étendue dans les textes légaux. Or, si certains s’en réjouissent, d’autres accusent la contradiction entre l’interdiction du vapotage et les efforts de réduction du taux de fumeurs.

 

Une opinion publique partagée

Aujourd’hui perçue comme une aide au sevrage tabagique plus que comme un produit du tabac, la cigarette électronique a toute son importance pour les fumeurs désirant arrêter. Au-delà, la question de la légitimité des autorités a également été soulevée par le parti Civil Liberties Australia qui avance que ni le rôle ni le mandat des autorités locales ne permettent de réguler ainsi les modes de vie des citoyens.

Soutenant l’interdiction du vapotage dans les onze types de lieux concernés, la Dr. Sarah White, directrice de Quit Victoria, insiste sur la supercherie de l’idée selon laquelle la cigarette électronique serait 95% moins nocive que la cigarette conventionnelle, en rappelant que l’étude qui produit ce résultat ne repose pas sur des données scientifiques probantes. En contrepartie, elle souligne le caractère indéniable des éléments qui militent pour une extension de l’interdiction aux produits du vapotage dans un souci de protection de la santé publique. C’est un fait, la cigarette électronique constitue une aide au sevrage tabagique, mais elle attire également les consommateurs vers une nouvelle pratique qui n’est pas sans risque pour leur santé, ni celle de leur entourage.

En outre, inclure l’interdiction des cigarettes électroniques dans les interdictions existantes serait en parfaite cohérence avec les législations et objectifs de l’État de Victoria. Pour mémoire, en 2019, l’État interdisait la publicité en faveur du vapotage. Cette mesure venait en réaction à la révélation d’accords passés entre Philip Morris et British American Tobacco, relatifs à la promotion des produits du vapotage lors d’événements de sports automobiles.

©Génération Sans Tabac


[1] HALL Bianca, Vaping ads ban rushed through ahead of Phillip Island Grand Prix, The Age (18 octobre 2019 – consulté le 27 juillet 2020).

[2] HALL Bianca, Vaping likely to be banned in Melbourne CBD’s smoke-free zones, Brisbane Times (27 juillet 2020 – consulté le 27 juillet 2020).

 DNF – Pour un Monde ZeroTabac | MT

Publié le 27 juillet 2020