Actualités

événements-scientifiques-industrie-tabac

L’industrie du tabac participe à des évènements scientifiques pour améliorer son image

Des chercheurs de l’Université de Bath ont étudié les preuves des participations de British American Tobacco (BAT) et Philip Morris International (PMI) à des évènements scientifiques, sur la décennie 2012-2021. De nombreux évènements, dont certains organisés par des sociétés médicales ou des organismes publics, ont été répertoriés. Les auteurs appellent les organisateurs de ces évènements à la plus grande vigilance envers la présence des industriels du tabac et de leurs représentants à ce type de rencontre.

Depuis le milieu des années 1950, l’industrie du tabac a financé et favorisé des recherches validant ses discours, et cherché à occulter celles qui pointent les conséquences sanitaires de ses produits. Cet intérêt pour le monde scientifique s’est accompagné de nombreuses participations à des conférences et des évènements scientifiques, une dimension qui a toutefois été peu étudiée. Or, ces évènements scientifiques sont des lieux privilégiés pour les échanges et l’élaboration d’opinions entre scientifiques. Une équipe de chercheurs de l’Université de Bath vient de combler cette lacune en explorant l’ensemble des évènements scientifiques auxquels ont participé British American Tobacco (BAT) et Philip Morris International (PMI) durant une décennie[1].

Identification des évènements scientifiques investis par les cigarettiers

Les chercheurs de Bath sont partis des informations disponibles sur les sites des deux multinationales du tabac et les ont croisées avec celles des sites consacrés à des évènements scientifiques. Ils ont écarté les évènements organisés par les industriels du tabac eux-mêmes ou par leurs alliés, ainsi que ceux dont les organisateurs n’étaient pas identifiés. Les évènements ayant été annulés, s’étant tenus uniquement en ligne ou dont la localisation n’était pas suffisamment claire ont aussi été écartés. Les données délivrées par les cigarettiers n’étant pas disponibles avant 2012, la période d’investigation s’étend d’avril 2012 à septembre 2021.

Au total, l’étude a répertorié, sur cette période, la participation de BAT dans 176 évènements (donnant lieu à 50 présentations et 210 posters) et celle de PMI dans 199 évènements (donnant lieu à 27 présentations et 146 posters). Après application des critères de sélection et élimination des doublons, 105 évènements scientifiques ont été analysés. Le parrainage de ces évènements par ces deux majors du tabac semble plus rare et n’a été relevé que dans neuf d’entre eux, le montant n’étant dévoilé que dans un seul cas. L’implication des cigarettiers dans l’organisation de l’évènement n’a été trouvée que dans un cas.

L’implication de BAT dans ces évènements scientifiques semble avoir été plus forte au début des années 2010 et plus productive, avant de se réduire ; celle de PMI s’est développée plus tardivement dans les années 2010, avant de s’atténuer en 2020 et 2021, durant la pandémie de COVID-19.

Localisation et types d’ visés

Environ 40 % des évènements scientifiques retenus se situaient dans la région Europe, et un peu plus du tiers en Amérique du Nord, soit essentiellement dans des pays à haut revenu. 8 % des évènements se répartissaient entre les autres régions, soit 4,2 % en zone Pacifique, 1,4 % en Asie du Sud-Est, 0,9 % au Moyen-Orient et 0,5 % en Afrique ainsi qu’à Taïwan. Cette répartition semble cependant surtout refléter celle des rencontres scientifiques en général.

Les champs d’activité les plus représentés dans ces évènements étaient la toxicologie (28,2 %), la médecine (11,7 %) et la chimie (10,8 %), suivis par la science des aérosols (8,5 %) et le thème tabac/nicotine (5,2 %). La dentisterie, le pharmaceutique et l’informatique étaient présents de façon plus marginale. Au sein des événements médicaux, près de la moitié concernait la médecine cardiovasculaire, les autres spécialités étant la pneumologie, l’oncologie, la médecine générale et la neurologie. Dans les deux tiers des cas, ces évènements étaient organisés par des associations de professionnels ou des sociétés savantes, et dans 12,7 % des cas par les fédérations de ces organisations. Ces évènements ont également été organisés par des organismes publics (environ 4 %) ou encore par une collaboration de plusieurs types d’acteurs (6,1 %).

Appel à la vigilance des organisateurs d’évènements scientifiques 

Les auteurs admettent que leur recueil de données puisse être incomplet et qu’il est très probablement sous-estimé, en particulier en matière de parrainage. Il n’a pas non plus permis d’identifier les individus et les organisations alliés de l’industrie du tabac impliqués. Il permet cependant de cerner les domaines et les types d’évènements auxquels participent les deux cigarettiers.

L’analyse des données a par exemple indiqué que des associations médicales ou dentaires étaient les organisateurs de plus d’un dixième des évènements accueillant des industriels du tabac, dont ils connaissent pourtant les pratiques d’influence et d’interférence. Les événements organisés par des organismes publics se situaient principalement aux Etats-Unis, pays n’ayant pas ratifié la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac (CLAT) et qui n’est pas soumis à une restriction de collaboration avec l’industrie du tabac. La participation des cigarettiers à ces évènements visant à légitimer leur présence et à normaliser leur discours, les auteurs de l’étude appellent les organisateurs de ces rencontres scientifiques à faire preuve de la plus grande vigilance et à écarter les industriels du tabac ou toute personne qui leur serait liée.

Mots-clés : évènements scientifiques, British American Tobacco, Philip Morris International, Université de Bath

©Génération Sans Tabac

MF


[1] Matthes BK, Fabbri A, Dance S, et al. Seeking to be seen as legitimate members of the scientific community? An analysis of British American Tobacco and Philip Morris International’s involvement in scientific events. Tobacco Control, Published Online First: 03 February 2023. doi: 10.1136/tc-2022-057809

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 24 février 2024