Actualités

alcool-tabac-vapotage-adolescents

Europe/Asie Centrale : Consommation alarmante d’alcool, de tabac et de e-cigarettes chez les 11-15 ans

Selon un rapport[1] publié le 25 avril par le bureau régional pour l’Europe de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la consommation généralisée d’alcool et d’e-cigarettes chez les adolescents est « alarmante » et des mesures sont recommandées pour en limiter l’accès. S’appuyant sur les données d’enquêtes menées auprès de 280 000 jeunes âgés de 11, 13 et 15 ans en Europe, en Asie centrale et au Canada, l’OMS a déclaré que le rapport dressait un « tableau préoccupant » de la consommation de substances addictives chez les jeunes.

L’étude Health Behaviour in School-aged Children (HBSC) est une vaste enquête en milieu scolaire menée tous les quatre ans en collaboration avec le bureau régional de l’OMS pour l’Europe. Les données de l’enquête HBSC sont utilisées aux niveaux national/régional et international pour obtenir de nouvelles informations sur la santé et le bien-être des adolescents, comprendre les déterminants sociaux de la santé et informer les politiques et les pratiques afin d’améliorer la vie des jeunes.

L’étude décrit la situation de la consommation de substances addictives par les adolescents (tabagisme, utilisation de la cigarette électronique, consommation d’alcool, situation d’ivresse et consommation de cannabis), le rôle du sexe, de l’âge et des inégalités sociales, ainsi que l’évolution de la consommation de ces substances par les adolescents au fil du temps.

La consommation d’alcool est très répandue chez les adolescents

L’alcool est de loin la substance la plus couramment consommée par les adolescents. Plus de la moitié (57 %) des jeunes de 15 ans ont essayé l’alcool au moins une fois (56 % des garçons et 59 % des filles), et près de 40 % ont déclaré avoir bu de l’alcool au cours des 30 derniers jours (36 % des garçons et 38 % des filles).

Environ un adolescent sur dix (9 %), toutes tranches d’âge confondues, a connu une ivresse importante (au moins deux fois) au cours de sa vie. Ce taux grimpe de manière alarmante de 5 % à l’âge de 13 ans à 20 % à l’âge de 15 ans, ce qui démontre une tendance à l’escalade de l’abus d’alcool chez les jeunes. En outre, des tendances récentes révèlent que l’incidence de la survenue d’un état d’ivresse au cours des 30 derniers jours augmente également avec l’âge, passant de 5 % chez les 13 ans à un taux alarmant de 15 % chez les 15 ans. Ces données soulignent le besoin urgent de stratégies d’intervention ciblées pour enrayer le problème croissant de la consommation d’alcool chez les mineurs.

En France, les résultats montrent que la consommation de l’alcool est très normalisée, même chez les pré-adolescents puisque 25% des garçons et 17% des filles âgés de 11 ans ont déjà bu de l’alcool ; 49% des garçons et 41% des filles à 13 ans et 62% des filles et 59% des garçons à 15 ans.
Concernant la consommation dans les 30 derniers jours, elle est de presque 10% chez les garçons/filles âgés de 11 ans, 20% chez les 13 ans et 38% chez les 15 ans. Enfin, 6% des 11-15 ans ont déclaré avoir été ivres au moins 2 fois au cours de leur vie (1,5% des 11 ans : 3% à 13 ans et 13,5% à 15 ans).

Le tabagisme demeure à un niveau élevé mais est en baisse chez les adolescents avec des disparités géographiques

Dans l’ensemble, 13 % des garçons et des filles ont déclaré avoir fumé des cigarettes au cours de leur vie en 2022 (contre 17% en 2018), et 8 % au cours des 30 derniers jours. La prévalence de la consommation au cours de la vie et au cours des 30 derniers jours augmente de manière significative avec l’âge chez les garçons et les filles dans tous les pays et régions, à l’exception de l’Arménie et du Tadjikistan.

Chez les jeunes de 11 ans, 5 % des garçons et 3 % des filles ont déclaré avoir fumé au cours de leur vie, ces chiffres allant de moins de 1 % des filles en Irlande à 18 % des garçons en Bulgarie. Parmi les jeunes de 13 ans, 10 % des garçons et 11 % des filles ont déclaré avoir déjà fumé des cigarettes, la prévalence la plus faible étant observée chez les filles au Tadjikistan (1 %) et la plus élevée chez les garçons en Lituanie (24 %). Un quart des jeunes de 15 ans avaient déjà fumé (24% des garçons et 26% des filles), la prévalence la plus élevée étant observée chez les filles au Danemark (Groenland) (64%) et la plus faible (moins de 1%) chez les filles au Tadjikistan.

En France, l’expérimentation et la consommation au cours des 30 derniers jours augmentent également en fonction de l’âge. 5% des garçons et 2% des filles de 11 ans ont déclaré avoir déjà fumé ; 13% des garçons et 10% de filles pour les 13 ans et 25% des filles et 22% des garçons à 15 ans.

En ce qui concerne la consommation de tabac au cours des 30 derniers jours : 1% des filles et 2% des garçons de 11 ans sont concernés ; 4% des filles et 6% des garçons de 13 ans et 13% des filles et 11% des garçons à 15 ans.

La consommation de cigarettes électroniques devance le tabagisme chez les adolescents

Le rapport souligne également l’utilisation accrue des produits du vapotage chez les adolescents. Alors que le tabagisme est en baisse, le rapport note que nombre d’entre eux ont adopté les e-cigarettes, qui ont supplanté la consommation de cigarettes manufacturées chez les adolescents. Tout âge confondu, plus d’un adolescent sur six (18 %) a déclaré avoir utilisé une e-cigarette au moins une fois dans sa vie, et 10 % l’ont fait au cours des 30 derniers jours.

L’usage de l’e-cigarette augmente de manière significative avec l’âge, tant chez les garçons que chez les filles, et dans presque tous les pays et toutes les régions. Chez les garçons, l’utilisation de l’e-cigarette au cours de la vie est passée de 6 % chez les 11 ans à 16 % et 31 % chez les 13 et 15 ans respectivement. Une tendance similaire a été observée chez les filles (4 %, 16 % et 33 % chez les 11, 13 et 15 ans respectivement). C’est en Lituanie que la consommation au cours de la vie est la plus élevée, avec une prévalence de près de 60 % chez les deux sexes à 15 ans.

Chez les jeunes de 15 ans, la prévalence de la consommation actuelle varie considérablement d’un pays à l’autre et d’une région à l’autre, allant de 2 % chez les garçons et moins de 1 % chez les filles au Tadjikistan à 34 % et 36 % respectivement chez les garçons et les filles en Lituanie.

En Europe de l’Ouest, la France, la Suisse et le Royaume-Uni sont les pays où la consommation de vapotage des 11-15 ans est la plus élevée. En France, 7% des garçons et 5% des filles de 11 ans ont déclaré avoir déjà vapoté ; 21% des garçons et 17% de filles pour les 13 ans et 37% des filles et 35% des garçons à 15 ans. Ont consommé ce produit au cours des 30 derniers jours : 2% des filles et 4% des garçons de 11 ans ; 10% des filles et 11% des garçons de 13 ans et 20% des filles et 17% des garçons à 15 ans.

Des mesures urgentes sont nécessaires selon l’OMS

Ces résultats soulignent à quel point les substances addictives comme l’alcool et les produits du tabac et de la nicotine sont disponibles aux mineurs et normalisés. Ils montrent l’urgence de mettre en place des politiques publiques plus protectrices à l’égard des enfants et des jeunes et ainsi de renforcer les politiques de prévention.

Malgré le recul du tabagisme au cours des dernières décennies, les résultats de cette enquête montrent que la prévalence du tabagisme chez les adolescents reste encore trop élevée. La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac contient un ensemble de mesures qui se renforcent mutuellement pour réduire la consommation de tabac et l’OMS rappelle que les Parties à ce traité doivent s’en saisir.  L’OMS a également déclaré que des actions urgentes étaient nécessaires pour lutter contre la prévalence croissante de l’utilisation de cigarettes électroniques chez les jeunes, qui dépasse désormais celle du tabagisme dans de nombreux pays et régions. La popularité croissante des e-cigarettes chez les adolescents pourrait menacer les progrès réalisés dans la lutte antitabac au cours des dernières décennies. S’en trouve rappelée la nécessité impérieuse d’élaborer des stratégies globales pour réduire leur utilisation chez les jeunes. Pour l’OMS, les dispositifs de vapotage devraient être réglementés au même titre que les produits du tabac, notamment en termes de fiscalité et de publicité.

Enfin, l’alcool reste la substance la plus couramment consommée par les adolescents. Une action continue pour réduire sa consommation est nécessaire, en particulier chez les filles, chez qui des augmentations récentes ont été observées dans plusieurs pays et régions. Les auteurs recommandent entre autres de relever l’âge légal d’achat de ces boissons dans certains pays et d’appliquer l’interdiction de vente aux mineurs, d’augmenter les taxes sur les boissons alcoolisées et d’en interdire totalement la publicité.

Mots-clés : Europe, Asie Centrale, Canada, jeunes, adolescents, alcool, tabac, vapotage, cigarettes électroniques, substances, addiction

©Génération Sans Tabac

AE


[1] Charrier L, van Dorsselaer S, Canale N, Baska T, Kilibarda B, Comoretto RI et al. A focus on adolescent substance use in Europe, central Asia and Canada. Health Behaviour in School-aged Children international report from the 2021/2022 survey. Volume 3. Copenhagen: WHO Regional Office for Europe; 2024. Licence: CC BY-NC-SA 3.0 IGO.

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 27 avril 2024