Actualités

restriction-aromes-vapotage-logic-etats-unis

Restrictions sur l’utilisation des arômes pour les produits du vapotage « Logic » aux États-Unis

Dans une de ses décisions d’autorisation de vente, la Food and Drug Administration (FDA) a signifié n’autoriser pour la marque Logic du fabricant Japan Tobacco International (JTI) que les cigarettes électroniques aux arômes tabac, la question du menthol restant en suspens. Une décision applaudie par des acteurs de la lutte antitabac, qui déplorent toutefois les exceptions accordées aux arômes menthol.

Après avoir autorisé en novembre 2021 la vente de certains produits Vuse, de RJ Reynolds (British American Tobacco/BAT), la FDA a aussi accordé le 24 mars dernier à la marque Logic, propriété de Japan Tobacco International, une autorisation de commercialiser ses cigarettes électroniques. Comme pour Vuse, seuls les arômes aux saveur tabac ont été autorisés, les arômes des autres saveurs devant être retirés du marché sous peine de poursuites[1]. En attendant de statuer sur la question du menthol, les produits Logic aux arômes menthol pourront cependant être vendus. La FDA a par ailleurs précisé que le marketing des produits Logic ne devait pas cibler de jeunes consommateurs et que ce point serait étroitement surveillé. Acquise par JTI en 2015, Logic représente actuellement un peu moins de 1% du marché étatsunien des cigarettes électroniques, dominé par les majors du tabac avec leurs marques JUUL, Vuse, Blu et NJOY.

Des arguments polémiques sur l’intérêt des produits de vapotage

Certains arguments avancés par la FDA pour expliquer ces deux décisions laissent cependant perplexe. La FDA justifie ainsi l’autorisation de vente des cigarettes électroniques des deux fabricants en invoquant le fait que celles-ci ont fait la preuve de leur efficacité dans le sevrage tabagique des adultes dépendants. Or, comme le précisait le président de l’American Medical Association (AMA), Gerald Harmon, après l’autorisation accordée à Vuse, cette indication thérapeutique n’est pas suffisamment claire et n’a pas encore été formellement validée à ce jour par des études indépendantes[2].

La FDA met aussi en avant l’intérêt des cigarettes électroniques dans la réduction du nombre de cigarettes fumées quotidiennement. Il a cependant été démontré de longue date que la simple réduction du tabagisme est insuffisante pour éviter l’apparition de pathologies liées au tabac et que l’intérêt thérapeutique des cigarettes électroniques ne peut s’entendre qu’à partir du sevrage tabagique complet[3].

Si la FDA reconnaît le rôle incitatif des arômes fruités et sucrés des cigarettes électroniques dans l’initiation des jeunes aux cigarettes électroniques, elle considère cependant que l’initiation aux cigarettes électroniques n’entraîne pas d’initiation au tabagisme, alors que ce point n’est pas non plus formellement établi et que les données des études indépendantes montrent plutôt l’inverse[4].

Une tolérance vis-à-vis des arômes au menthol

La FDA indique également que les arômes aux saveurs tabac ne constitueraient pas des portes d’entrée dans le vapotage pour les jeunes, mais elle ne statue pas sur les arômes au menthol. En différant sa décision sur les arômes menthol, elle laisse ainsi sur le marché près de 30% des saveurs pour cigarettes électroniques, qui sont très appréciées des jeunes. L’organisation Truth Initiative souligne pour sa part que les restrictions opérées par la FDA sur les arômes depuis 2019 ont fortement profité aux produits aromatisés au menthol, qui ont doublé leur présence parmi les cigarettes électroniques entre 2019 et 2020[5]. Truth Initiative appelle ainsi la FDA à retirer du marché le plus rapidement possible tous les produits du tabac et de la nicotine aromatisés au menthol[6].

Une nouvelle gouvernance pour la FDA

La FDA s’est à nouveau appliquée à rappeler que ses décisions d’autorisation de commercialisation ne constituent en aucun cas une « approbation » des produits de cigarettes électroniques, comme certains fabricants sont tentés de l’avancer. Elle a aussi souligné que tous les produits du tabac et du vapotage sont dangereux et potentiellement addictifs. Comme cela est fréquemment le cas, les exceptions et les failles des réglementations émises par la FDA sont exploitées par les industriels du tabac et de la nicotine. Les arômes menthol représentent un enjeu considérable d’initiation et de maintien dans la dépendance, sur lequel les industriels tablent et se retranchent[7].

Mots-clés : États-Unis, FDA, Logic, Japan Tobacco International, arômes, menthol

©Génération Sans Tabac

MF


[1] FDA Issues Decisions on Additional E-Cigarette Products, FDA, publié le 24 mars 2022, consulté le 28 mars 2022.

[2] Harmon G, FDA made the wrong choice in allowing Vuse marketing, AMA, publié le 19 novembre 2022, consulté le 28 mars 2022.

[3] Berlin I, La réduction des risques et des dommages est-elle efficace et quelles sont ses limites en matière de tabac ?, Alcoologie et Addictologie, 2017;39(2):128-137.

[4] Owotomo O, Stritzel H, McCabe SE, Boyd C, Maslowsky J, Smoking Intention and Progression From E-Cigarette Use to Cigarette Smoking, Pediatrics, 2020;146(6).

[5] Weak restrictions on flavored e-cigarettes lead to explosive menthol sales, Truth Initiative, publié le 30 septembre 2020, consulté le 28 mars 2022.

[6] FDA’s announcement on Logic’s e-cigarette products underscores urgent need for decisions on top e-cigarette brands comprising 75% of the market and should include menthol flavors, Truth Initiative, publié le 25 mars 2022, consulté le 28 mars 2022.

[7] États-Unis : les fabricants concentrent l’effort publicitaire sur les cigarettes électroniques mentholées, Génération Sans Tabac, publié le 21 février 2022, consulté le 12 mars 2022.

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 29 mars 2022