Actualités

sevrage-nicotinique-enfants-ecosse

États-Unis : accessibilité aisée pour les mineurs des produits du vapotage en ligne

Une étude publiée dans la revue Tobacco Control[1] a analysé le marketing d’une vingtaine de sites internet vendant des produits du vapotage en Californie. Les résultats montrent que la grande majorité des sites internet sont accessibles aux mineurs et n’indiquent aucun avertissement mentionnant l’interdiction de vente aux mineurs. L’étude montre aussi que les arguments publicitaires sont très orientés vers la disponibilité des arômes alors que ces derniers ont été interdits en Californie. Sont également mis en avant les offres promotionnelles et l’argument des bénéfices du vapotage sur la santé.

Pour les auteurs de l’étude, ces résultats doivent alerter les pouvoirs publics californiens afin qu’ils renforcent les réglementations en vigueur concernant les dispositifs de vapotage ainsi que leur application, notamment en matière d’accessibilité de ces produits aux mineurs.

Des produits du vapotage très facilement accessibles aux mineurs

Les sites internet vendant des produits du vapotage ont l’obligation d’indiquer que ces produits sont interdits aux mineurs. Or, seuls 7,7 % des sites web étudiés indiquaient que les produits n’étaient pas destinés aux mineurs. De plus, aucun site internet analysé n’avait mis en place un contrôle de l’âge renforcé à l’entrée du site. Seules des cases auto-déclarées à cocher indiquant la majorité étaient requises ; ce type de dispositif est très facilement contournable. Les résultats ont également révélé que la plupart des sites étudiés permettaient aux utilisateurs de s’inscrire à des bulletins électroniques d’information sans aucune vérification de l’âge. Les auteurs indiquent que des recherches antérieures ont montré que le simple fait de s’inscrire à des bulletins électroniques d’information sur les produits du tabac et de la nicotine était associé à une plus grande propension à consommer ces produits chez les jeunes non-utilisateurs. Selon les auteurs, la facilité avec laquelle les mineurs peuvent accéder aux sites web, consulter des contenus promotionnels et s’inscrire à des bulletins sans vérification de l’âge devrait amener les pouvoirs publics locaux comme au niveau de l’Etat à se saisir de ce sujet.

Un argumentaire autour de la réduction des risques et des nombreuses offres promotionnelles

Pour comprendre comment les sites web des marques et des vendeurs de produits du vapotage commercialisent leurs produits, les chercheurs ont codé la présence d’une dizaine de thèmes marketing. Ont été distingués l’argumentaire autour de la réduction des risques/des avantages du vapotage sur la santé, la possibilité de consommer le produit dans des endroits où la consommation de tabac est interdite, les avantages du vapotage sur l’environnement, l’association du vapotage à un mode de vie particulier (sociabilité, sport, etc.), la disponibilité des arômes ou encore les avantages économiques associés à des offres promotionnelles.

Parmi les sites étudiés, 56% proposaient des soldes/réductions/coupons et 6 sites sur 10 offraient la livraison gratuite. Les programmes de « fidélité » et remises ou les dispositifs de points sont présents sur 26,9 % des sites. Les offres promotionnelles sont particulièrement incitatrices pour les jeunes qui sont sensibles à l’argument du prix.

50% des sites web avaient des thèmes de marketing liés aux avantages du vapotage pour la santé physique et 20% pour la santé mentale. Les thèmes marketing liés à la possibilité de consommer ces produits en tout lieu étaient présents sur 27% des sites web, et les thèmes liés au respect de l’environnement étaient présents sur 27% des sites web également. L’association du vapotage à un certain mode de vie était promue sur 23% des sites.

35% des sites analysés ne faisaient aucune référence au caractère addictif de la nicotine et n’avaient aucun avertissement sanitaire à ce sujet.

L’interdiction des arômes non respectée

Une récente loi a interdit la vente en Californie de la plupart des produits du tabac et de la nicotine aromatisés (à l’exception de certains cigares et du tabac à chicha)[2] afin de réduire la consommation des jeunes. Les fabricants de vapotage ont alors commencé à utiliser des noms d’arômes non caractéristiques (c’est-à-dire des arômes conceptuels) afin d’échapper à la réglementation. Ces nouveaux arômes comprennent des descriptions vagues et non caractéristiques, telles que « Marigold » ou « Sunset Lava ». La présente étude a montré que ces arômes conceptuels, étaient présents sur près de 70 % des sites web. Cette étude a aussi révélé que les cigarettes électroniques jetables aromatisées étaient les plus courantes et qu’elles étaient proposées avec une large variété d’arômes.

Mots-clés : États-Unis, Californie, vapotage, marketing digital, site internet, site web, arômes, mineurs

©Génération Sans Tabac

AE

[1] Donaldson SI, Beard T, Dormanesh A, et al Monitoring website marketing among leading e-cigarette brands and vendors in California: content analysis Tobacco Control Published Online First: 29 August 2023. doi: 10.1136/tc-2023-058000

[2] Génération sans tabac, Californie : Les électeurs approuvent la loi interdisant les produits du tabac et du vapotage aromatisés, publié le 15 novembre 2022, consulté le 6 septembre 2023

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 14 septembre 2023