Actualités

interdiction-arômes-ecosse

Ecosse : une association demande l’interdiction des arômes et un display ban pour le vapotage

L’association Action for Smoking and Health (ASH) Scotland a exprimé son soutien aux propositions[1] de la consultation « Creating a smokefree generation and tackling youth vaping », menée par le gouvernement britannique, visant à restreindre les arômes, l’emballage et le marketing des cigarettes électroniques, ainsi qu’à interdire les produits de vapotage jetables.

L’Ecosse se distingue de son voisin anglais par son approche plus prudente sur les cigarettes électroniques. Si l’Angleterre a par un temps promue la cigarette électronique comme un outil de sevrage pour les fumeurs, le Premier ministre britannique, Rishi Sunak, a récemment proposé d’instaurer des taxes supplémentaires sur les produits du vapotage, de limiter les arômes et d’interdire les dispositifs jetables.

Une forte consommation des produits du vapotage chez les jeunes adolescents en Ecosse

Une étude datant de juin 2023 sur les comportements de santé des enfants en âge d’être scolarisés indiquait que 3 % des enfants écossais de 11 ans et 10 % des enfants de 13 ans étaient des consommateurs réguliers de cigarettes électroniques. Ils étaient respectivement 4 % et 16 % à avoir expérimenté les cigarettes électroniques au cours de leur vie. Cette forte consommation par les enfants a conduit les acteurs de santé à s’interroger sur le traitement à la dépendance nicotinique des enfants de moins de 12 ans.

Plus tôt dans l’année, Le Royal College of Paediatrics and Child Health écossais avait déjà émis une alerte sur la consommation importante des cigarettes électroniques jetables de type puff par les jeunes adolescents. Selon ces pédiatres, les cigarettes électroniques peuvent créer une plus grande dépendance que les cigarettes traditionnelles, mais les effets à long terme sur la santé sont moins évidents.

Un renforcement des mesures pour protéger les jeunes

ASH dénonce le marketing agressif des produits du vapotage, et en particulier des dispositifs jetables, directement orientés à l’encontre des adolescents avec la disponibilité de très nombreux arômes et des prix très attractifs (2£ pour une puff). ASH Scotland souhaite ainsi l’interdiction de l’ensemble des arômes, à l’exception du tabac pour ces produits. Pour Sheila Duffy, directrice générale de l’organisme, la plupart des produits du vapotage contiennent des niveaux élevés de nicotine, qui crée une forte dépendance, ainsi que des produits chimiques toxiques dans les arômes qui n’ont pas été testés pour l’inhalation et qui pourraient nuire à la santé pulmonaire au fil du temps.

Ash demande également l’interdiction pure et simple des puffs pour des raisons de santé publique et d’environnement. L’association souhaite aussi la mise en place d’un emballage neutre pour l’ensemble des dispositifs de vapotage ainsi qu’un display ban sur les lieux de vente afin de réduire l’attrait des produits pour les enfants.

Les demandes de renforcement des réglementations des produits du vapotage se multiplient ces derniers mois dans le monde dans un objectif de protection des jeunes générations. L’OMS a diffusé un appel urgent le 14 décembre à prendre des mesures fortes et décisives pour réduire la consommation des produits du vapotage, surtout par les jeunes et à privilégier les traitements de sevrages éprouvés.

Mots-clés : Ecosse, enfants, arômes, cigarettes électroniques, puff, marketing, Royaume-Uni

©Génération Sans Tabac

AE


[1] Communiqué de presse, ASH Scotland calls for urgent action to shut down availability, visibility and flavours of e-cigarettes to tackle youth vaping epidemic, publié le – décembre 2023, consulté le 15 décembre 2023

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 19 décembre 2023