Actualités

cytisine-sevrage-tabagique

Confirmation de l’efficacité de la cytisine dans le sevrage tabagique

Une récente méta-analyse indique que, dans le cadre d’un sevrage tabagique, la cytisine pourrait se révéler plus de deux fois plus efficace qu’un placebo, légèrement plus efficace que les traitements nicotiniques de substitution et aussi efficace que la varénicline. Cette reconnaissance devrait faciliter l’intégration de la cytisine dans les protocoles thérapeutiques.

La cytisine est un alcaloïde extrait du cytise commun ou faux ébénier (laburnum anagyroides). Elle est connue pour réduire les symptômes du sevrage tabagique et serait un agoniste partiel des récepteurs nicotiniques alpha4 béta2. Commercialisée comme médicament en Europe de l’Est à partir de 1964, elle existe actuellement sous diverses marques : Tabex® en Bulgarie, Desmoxan® en Pologne, ou encore sous les marques Cravv® et Todacitan®.

Longtemps écartée par crainte des effets indésirables qu’elle pourrait occasionner, la cytisine connait depuis quelques années un regain d’intérêt dans le cadre du sevrage tabagique. Une équipe de chercheurs argentins a entrepris une méta-analyse de la littérature scientifique existante sur ce sujet.

Efficacité reconnue dans des essais randomisés

Les chercheurs ont analysé les résultats de 12 études randomisées incluant la cytisine[1]. Rassemblant 5 922 patients dont 2 996 ayant reçu de la cytisine, huit de ces études ont montré que la cytisine aurait une efficacité 2,25 fois supérieure à celle d’un placebo. Le nombre de sujets à traiter (NST) pour qu’une personne perçoive un bénéfice du traitement est estimé à 11.

Deux études ayant comparé l’action de la cytisine à celle des traitements nicotiniques de substitution (TNS) ont accordé un léger avantage à la cytisine. Dans trois études, l’action de la cytisine était comparée à celle de la varénicline, sans montrer d’avantage significatif mais avec une efficacité estimée similaire.

La méta-analyse conclut ainsi à l’intérêt de la cytisine dans le cadre du sevrage tabagique et estime qu’elle présente un profil d’incidence bénigne des effets indésirables repérés, qui se limiteraient à des troubles intestinaux et à des troubles du sommeil.

Un médicament permettant de pallier l’indisponibilité de la varénicline

Cette reconnaissance de l’intérêt thérapeutique de la cytisine constitue une opportunité pour de nombreux fumeurs souhaitant arrêter de fumer. Elle permettrait notamment de pallier l’absence de varénicline, considérée jusqu’ici comme le médicament le plus efficace dans le sevrage tabagique. Commercialisée sous le nom de Champix®, la varénicline a été retirée du marché au niveau mondial depuis mai 2021, du fait de la présence d’impuretés liée au mode de fabrication[2].

Au-delà des anciennes réticences liées à ses éventuels effets secondaires, le manque d’intérêt accordé à la cytisine serait d’origine commerciale. Cette molécule est commercialisée pour environ 15 euros le traitement en Pologne, alors que le seuil de rentabilité de ce traitement dans les pays à haut revenu serait évalué à 130 euros, soit le coût d’un traitement avec varénicline. Au Royaume-Uni, la cytisine devrait être disponible dès fin janvier 2024, au coût de 115 livres sterling (132 euros)[3]. En 2015, le Pr Henri-Jean Aubin, membre de l’équipe Soins Primaires et Prévention à l’INSERM, estimait que : « Les industries pharmaceutiques ne s’intéressent pas à cette molécule car elle est peu rentable : sa commercialisation en France n’engendrerait que de faibles bénéfices »[4].

Mots-clés : cytisine, varénicline, TNS, sevrage tabagique

©Génération Sans Tabac

MF


[1] De Santi O, Orellana M, Di Niro CA, Greco V, Evaluation of the effectiveness of cytisine for the treatment of smoking cessation: A systematic review and meta-analysis, Addiction, First published: 31 December 2023 https://doi.org/10.1111/add.16399

[2] Indisponibilité de CHAMPIX : une impureté à l’origine de la suspension de la distribution, Vidal, mis à jour le 14 octobre 2021, consulté le 11 janvier 2024.

[3] Butt M, Smokers ‘twice as likely to quit’ with cytisine pills available in UK this month,
the Independent, publié le 3 janvier 2024, consulté le 11 janvier 2024.

[4] Carballo C, La cytisine, un antitabac qui marche, Le Figaro, publié le 5 janvier 2015, consulté le 11 janvier 2024.

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 16 janvier 2024