Actualités

Canada-interdiction-vente-tabac

Canada : les acteurs de santé appellent à interdire la vente de tabac aux personnes nées à partir de 2008

S’inspirant du projet annulé depuis peu en Nouvelle-Zélande, les acteurs de santé publique demandent au gouvernement fédéral du Canada d’envisager l’interdiction de vendre du tabac – voire des cigarettes électroniques – aux personnes nées à partir du 1er janvier 2008. La réduction du nombre de points de vente et le relèvement de l’âge légal d’achat à 21 ans sont également réclamés.

Fin novembre 2023, le nouveau gouvernement néo-zélandais annonçait qu’il suspendait le projet d’une génération sans tabac en Nouvelle-Zélande. Celui-ci prévoyait d’interdire la vente de tabac à toute personne née à partir du 1er janvier 2009.

Ce revirement, orchestré par l’industrie du tabac, n’a toutefois pas entamé la détermination d’autres acteurs de santé pour un projet semblable. L’Angleterre a ainsi intégré une mesure de ce type dans la présentation du nouveau plan de lutte contre le tabagisme, début octobre 2023.

Au Canada, plusieurs voix se sont récemment élevées pour inviter le gouvernent fédéral à étudier sérieusement la proposition d’interdire la vente de tabac aux personnes nées à partir de 2008. Bien que la prévalence tabagique se soit réduite à 10 % de fumeurs quotidiens au Canada, 46 000 décès dus au tabagisme sont encore dénombrés chaque année dans ce pays. Chez les 12-18 ans, cette prévalence tabagique était de 5,7 % en 2020 et permet donc d’envisager une interdiction de vendre des produits du tabac à toute une classe d’âge.

Interdire l’achat de tabac aux personnes nées après une certaine date

Quelques jours après l’annonce du renoncement néo-zélandais, Ottawa Public Health interpelait Health Canada sur ce thème en proposant « une approche similaire »[1]. Le Dr Vera Etches, responsable des questions médicales à Ottawa, argumentait notamment en indiquant que la Nouvelle-Zélande et le Canada poursuivaient le même objectif de réduire la prévalence tabagique à 5 % de la population – un objectif en fait aussi partagé par plusieurs autres pays. Le Dr Etches estimait que d’autres mesures qui étaient jusqu’ici envisagées en Nouvelle-Zélande, comme les cigarettes à teneur réduite en nicotine ou la réduction des points de vente de tabac, devraient également être étudiées. Health Canada a répondu prendre en compte ces contributions dans sa prochaine révision de la loi sur les produits du tabac et du vapotage.

D’autres voix ont depuis abondé dans ce sens. Andrew Pipe, un chercheur clinicien de l’University of Ottawa Heart Institute, a invité Health Canada et le ministre fédéral de la Santé à considérer cette mesure avec la plus grande attention. Rob Cunningham, juriste de la Société Canadienne du Cancer, estime qu’il faut aller plus loin en interdisant également la vente des cigarettes électroniques aux personnes nées à partir de 2008[2]. Ces produits étant censés faciliter le sevrage tabagique, celui-ci considère que ne pas les inclure dans une interdiction générationnelle des produits du tabac qui englobent les cigarettes électroniques au Canada pourrait offrir une faille, qu’il faut donc combler. Le Canada est en effet actuellement un des pays où la prévalence d’usage des cigarettes électroniques est la plus élevée chez les jeunes. Rob Cunningham a également rappelé la nécessité de réduire le nombre de détaillants, pour les produits du tabac comme pour ceux du vapotage.

Ces acteurs de santé s’accordaient également pour réclamer le relèvement à 21 ans de l’âge légal auquel des produits du tabac et du vapotage peuvent être vendus. A ce jour, l’Île du Prince-Edouard est la seule province à avoir fixé ce seuil ; au Québec, en Alberta et au Monitoba, cet âge-limite est encore de 18 ans, les autres provinces l’ayant porté à 19 ans.

Les industriels du tabac redoutent une mesure de ce type

La plupart des fumeurs ayant commencé à fumer en étant mineurs, l’interdiction de vendre des produits du tabac à partir d’une certaine date de naissance apparaît comme une mesure particulièrement protectrice pour éviter l’initiation au tabagisme, dans un pays où l’effectivité des mesures est élevée. En touchant l’ensemble d’une classe d’âge, la radicalité de cette mesure entérine et renforce l’actuelle interdiction de vendre du tabac aux mineurs.

Ce type de mesure semble par ailleurs inquiéter au plus haut point l’industrie du tabac. Les reculs observés en Nouvelle-Zélande et en Malaisie sur cette thématique indiquent de fortes interférences de la part des industriels. En Malaisie, dont le projet incluait également une limitation de vente des cigarettes électronique, la Malaysian Vapers Alliance, membre de la World Vapers’ Alliance, aurait été particulièrement active pour obtenir le retrait de cette mesure[3].

Au Royaume-Uni, les industriels du tabac ont fait savoir qu’ils ne s’opposeraient pas à une interdiction de vente aux moins de 21 ans, si le projet d’interdiction générationnelle était abandonné[4]. Ils laissent entendre qu’une violente campagne d’opinion serait lancée si le projet était retenu, une menace à peine voilée à la veille d’une année électorale. Comme dans tous les pays, l’argument d’une explosion des cigarettes de contrebande est aussi avancé pour contrer toute mesure antitabac efficace. Le projet d’une interdiction générationnelle paraît donc une menace bien réelle pour l’industrie du tabac.

©Génération Sans Tabac

MF


[1] White-Crummey A, Ottawa Public Health urges tough anti-smoking policy that New Zealand is scrapping, CBC News, publié le 30 novembre 2023, consulté le 29 décembre 2023.

[2] Kirkup K, Canada urged to consider lifetime ban on cigarette sales to anyone born after 2008, The Globe and Mail, publié le 27 décembre 2023, consulté le 29 décembre 2023.

[3] Tobacco Industry Interference with Endgame Policies, tobacco Tactics, mis à jour le 20 décembre 2023, consulté le 29 décembre 2023.

[4] Parsley D, Vaughan R, Revealed: Big Tobacco’s campaign to block Rishi Sunak’s smoking ban, The i, publié le 1er décembre 2023, accessed December 2023

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 9 janvier 2024