Actualités

Cancers-CIRC-IARC-OMS

Augmentation de 77 % des nouveaux cas de cancers d’ici 2050, selon l’OMS

Le tabagisme reste le principal facteur de risques de cancers, devant l’alcool, l’obésité et la pollution atmosphérique. Les disparités d’accès aux soins selon les pays alimentent les inégalités Nord-Sud.

En prélude de la Journée mondiale contre le cancer, le 4 février 2024, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié ses dernières prévisions de l’évolution des cancers dans le monde[1].

Selon ces estimations, 20 millions de nouveaux cas de cancer et 9,7 millions de décès auraient été constatés en 2022, contre 14,1 millions de nouveaux cas et 8,2 millions de décès en 2012. En tenant compte de la croissance de la population et de son vieillissement, le CIRC évalue que ce bilan sera porté à 35 millions de nouveaux cas de cancer en 2050, soit une augmentation de 77 %. Le nombre de décès en 2050 atteindrait 18 millions de personnes, soit plus du double de 2012.

Le cancer du poumon, en tête des décès et des nouveaux cas

Parmi les cas de cancer répertoriés en 2022, dix types de cancers concentrent les deux tiers des nouveaux cas. Le cancer du poumon est le plus répandu, avec 2,5 millions de nouveaux cas (12,4 % du total), suivi par le cancer du sein, avec 2,3 millions de nouveaux cas (11,6 %). Les cancers colorectaux (9,6 %), de la prostate (7,3 %) et de l’estomac (4,9 %) viennent ensuite.

Les cancers du poumon sont, de loin, les plus meurtriers, avec 1,8 millions de décès (18,7 % du total), suivis par les cancers colorectaux (900 000 décès, soit 9,3 %), du foie (760 000 décès, soit 7,8 %), du sein (670 000 décès, soit 6,9 %) et de l’estomac (660 000 décès, soit 6,8 %). Le cancer du poumon touche davantage les hommes, alors que le cancer du sein est la première cause de cancer et de décès par cancer chez les femmes. La réémergence du cancer du poumon comme cancer le plus courant proviendrait de l’évolution de la consommation de tabac, notamment en Asie.

Le tabac reste le premier des facteurs de risques liés à l’apparition des cancers, suivi par l’alcool, l’obésité et la pollution atmosphérique. Les données du CIRC confirment ainsi l’importance des déterminants commerciaux de la santé, c’est-à-dire la façon dont les activités du secteur privé affectent la santé. Ainsi les déterminants commerciaux de la santé pointent plus particulièrement le rôle et la responsabilité de l’industrie du tabac dans l’épidémie tabagique.

Des inégalités de santé géographiques

Présentés en parallèle et couvrant 115 pays, les résultats d’une étude de l’OMS sur la couverture santé des cancers indiquent que seulement 39 % de ces pays couvrent les besoins de base de leur population en matière de soin du cancer. L’accessibilité aux soins de base du cancer est particulièrement réduite dans les pays à revenu faible.

Cette question de l’accès aux soins se vérifie tout particulièrement avec le cancer du sein. Dans les pays où l’indice de développement humain (IDH) est très élevé, 1 femme sur 12 se verra diagnostiqué un cancer du sein et 1 sur 71 en décèdera. Dans les pays où l’IDH est très bas, le cancer du sein touchera 1 femme sur 28, et 1 sur 48 en décèdera. Dans ces derniers pays, les femmes auraient 50 % moins de chances d’être dépistées du cancer du sein que dans les pays où l’IDH est très élevé. Elles en décèderaient davantage pour cause de diagnostic tardif et de manque d’accès aux traitements appropriés. Une étude récente évaluant l’impact du tabagisme actif ou passif sur le cancer du sein a confirmé cette forte disparité de l’accès aux soins selon les zones géographiques[2]. « Les outils qui permettent aux gouvernements de prioriser les soins pour cancer et de s’assurer que chacun ait accès à des services de qualité et abordables existent. Ce n’est pas qu’une question de ressources, mais aussi une question de volonté politique », a commenté le Dr Cary Adams, directeur général de l’Union Internationale Contre le Cancer (UICC).

Mots-clés : Journée mondiale contre le cancer, Centre international de recherche sur le cancer, Organisation mondiale de la santé, cancer du poumon, accès aux soins

©Génération Sans Tabac

MF


[1] Global cancer burden growing, amidst mounting need for services, IARC, communiqué de presse, publié le 1er février 2024, consulté le 2 février 2024.

[2] Guo Q, Lu Y, Liu W, Lan G, Lan T, The global, regional, and national disease burden of breast cancer attributable to tobacco from 1990 to 2019: a global burden of disease study, BMC Public Health (2024) 24:107, published online : 06 january 2024.

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 7 février 2024