Actualités

Après le tabac à chauffer, au tour du tabac à priser de convoiter le statut de « produit du tabac à risque modifié »

Le 7 juillet dernier, la FDA accordait à Philip Morris la commercialisation de l’IQOS sous l’appellation de « produit du tabac à risque modifié ». Prise sur la base de données scientifiques fournies par l’industriel lui-même, cette décision suggère que la combustion électronique rendrait moindre l’exposition des fumeurs et de leur entourage aux substances nocives de la fumée de cigarette. Les fabricants de produits du tabac qui ne produisent pas de fumée, à l’instar du tabac à priser, ne sont pas loin derrière.

Retour sur l’argument de la réduction des risques des industriels du tabac

Si tous les nouveaux produits du tabac ont pour point commun d’être présentés comme des alternatives plus saines à la cigarette par leurs fabricants, ce n’est pas une simple coïncidence. Alors que la dangerosité des cigarettes conventionnelles n’est plus à démontrer, celle des nouveaux produits du tabac bénéficie encore de la nouveauté et du manque de données rigoureuses indépendantes sur leur éventuelle toxicité pour invoquer leur innocuité.

Or, c’est précisément ce bénéfice du doute qu’exploitent les fabricants de tabac pour attirer tous les types de consommateurs et non pas seulement pour aider au sevrage tabagique des fumeurs. Le problème, derrière l’argument de réduction des risques, c’est donc sa surutilisation dans les stratégies de marketing des industriels pour nourrir leur ambition de conquête plutôt que les intérêts de santé publique.

Les projets des fabricants de tabac à priser

Commercialisant un produit qui ne brûle et ne chauffe pas le tabac, en ce qu’il se place entre les lèvres et les gencives pour être dissous, voire mâché, sans dégager de fumée, les fabricants de tabac à priser convoitent aussi le statut de « produit du tabac à risque modifié » (MRTP) auprès de la Food and drug administration (FDA) américaine.

En octobre 2019, Swedish Match, troisième plus grand fabricant de tabac à priser aux Etats-Unis, était la première compagnie à recevoir l’autorisation de commercialiser 8 produits du tabac à priser avec la mention de « produit du tabac à risque modifié »[1]. Pouvant désormais promouvoir ces produits comme étant « à moindre risques de cancer de la bouche, d’attaque cardiaque, de cancer du poumon, d’AVC, d’emphysème et de bronchites chroniques »[2], Swadish Match a surtout reçu un avantage considérable dans la compétition avec ses deux principaux concurrents.

A ce jour, British American Tobacco qui domine le marché américain avec « Camel » et Altria qui le suit avec « Copenhagen » sont encore en attente de la décision de la FDA.

Pire encore, Altria a formulé une demande de mise sur le marché américain du produit à priser On![3] qui est 100% sans tabac, mais pas 100% sans nicotine ! La substance addictive a effectivement été extraite des plants de tabac. Si elle obtient l’accord de commercialisation, Altria envisage dans la foulée de demander la commercialisation du produit en tant que MRTP auprès de la FDA[4].

Avertissement sanitaire

A mesure que les bonnes nouvelles se multiplient pour ces industriels sans scrupules, il convient d’appeler à la prudence. Pour information, le tabac à priser plus communément connu sous le nom de « snus » est interdit dans l’Union Européenne. De plus, la connaissance scientifique se précise à son sujet et fait progressivement la lumière sur les risques sanitaires liés à sa consommation, à l’instar de maladies et infections bucco-dentaires, de cancers ainsi que de maladies cardiovasculaires.

A cela s’ajoutent les risques d’initiation aux produits du tabac, notamment pour les jeunes. Discrets, disponibles en plusieurs goûts, embellis sur les réseaux sociaux, les produits du tabac à priser cumulent les facteurs d’attractivité.

©Génération Sans Tabac


[1] FDA News Release, FDA grants first-ever modified risk orders to eight smokeless tobacco products, Food and Drug Administration (22 octobre 2019 – consulté le 20 juillet 2020).

[2] DUPREY Rich, This Company Is Betting Big That Tobacco-Free Pouches Will Be the Next E-Cig, The Motley Fool (25 février 2020 – consulté le 20 juillet 2020).

[3] FDA to Begin Substantive Review of on!® Nicotine Pouches, Business Wire (Richmond : 9 juin 2020 – consulté le 20 juillet 2020).

[4] KARY Tiffany, GRETLER Corinne, Big Tobacco Hopes Oral Nicotine Pouches Fill the Vaping Void, Bloomberg Business Week (17 juillet 2020 – consulté le 20 juillet 2020).

DNF – Pour un Monde ZeroTabac | MT

Publié le 21 juillet 2020