Actualités

Tabac-cannabis-télévisuel

Aides à la production audiovisuelle et représentations du tabac et du cannabis

Une étude a recensé les différentes aides à la production audiovisuelle aux Etats-Unis, afin de vérifier s’il existe des restrictions liées à la diffusion d’images du tabac ou du cannabis. Quelques restrictions minoritaires et marginales ont pu être observées, alors qu’il pourrait s’agir d’un nouveau levier encore inexploité pour la lutte antitabac.

De multiples travaux ont montré qu’au-delà du placement de produit, qui consiste à montrer une marque à l’écran ou à énoncer son nom dans un dialogue, la simple diffusion d’images du tabagisme, qualifiée de placements comportementaux, suffit à inciter à la consommation de produits du tabac. Cet effet se vérifie en particulier chez les adolescents et les jeunes, plus réceptifs à ces images et plus susceptibles de s’identifier aux personnages dépeints à l’écran. L’exposition à ces images active également l’envie de fumer chez les adultes fumeurs.

Aux Etats-Unis, de nombreux états et localités accordent des aides à la production de films ou de programmes télévisés. Une équipe de chercheurs californiens et irlandais a entrepris de répertorier et d’analyser l’ensemble de ces aides, pour vérifier s’il existe des clauses restrictives liées aux produits du tabac[1]. Ils ont profité de ce recensement pour évaluer si ces éventuelles clauses restrictives concernent aussi le cannabis.

Recensement des programmes d’aide à la création audiovisuelle

Après des recherches en ligne systématiques, les chercheurs ont mis à jour des systèmes d’aides à la production audiovisuelle dans 38 états, incluant le District de Columbia. En parallèle, ils ont recensé 238 programmes d’aides au niveau local (ville, agence régionale).

Les aides à la production audiovisuelle accordées par les états étaient avant tout des crédits d’impôts (23), des exemptions d’impôts (3), des ristournes fiscales (11), des exemptions des taxes locales d’achat (10) et enfin des subventions (6). Les aides locales étaient, pour la plupart, du même ordre que les aides des états et répondaient aux mêmes critères d’attribution ; seuls 24 programmes d’aides sur 238 étaient distincts de ceux des états et ont été pris en compte. Les montants des aides accordées par les états étaient nettement supérieurs à ceux des aides locales ; l’ensemble de ces aides représentait un total de 1,639 milliard de dollars US (1,507 milliards d’euros), pour l’essentiel accordées par les états.

Les aides à la création ne comportaient que rarement des mentions au sujet des produits du tabac et du cannabis. Seuls quatre états (Minnesota, Nebraska, Tennessee, Texas) excluaient de leurs aides à la création les frais liés à l’achat de produits du tabac, et ne mentionnaient rien concernant le cannabis. Parmi les programmes locaux d’aides à la création, cinq excluaient les frais liés à l’achat de produits du tabac et seulement un d’entre eux excluait également les frais liés à l’achat de cannabis[2]. Aucun des programmes n’évoquait de restrictions d’aides qui seraient liées à la présence d’images de tabac ou de cannabis.

Conditionner les aides à la présence d’images du tabac et du cannabis

Partant de ce constat, les auteurs de l’étude interrogent ce système d’aides à la création, en le mettant en parallèle avec les sommes attribuées à la lutte contre le tabagisme. Ils estiment que les retombées économiques locales de la création audiovisuelle sont relativement faibles, exceptées en Californie et dans la ville de New York. Par contraste, les sommes investies dans la lutte contre le tabagisme se révèle très rentables, en ne tenant compte que des économies réalisées sur les frais médicaux.

Les auteurs estiment par ailleurs que les productions audiovisuelles (cinéma ou TV) peuvent avoir un effet négatif sur la santé des populations lorsqu’elles contiennent des scènes montrant des images de tabac et de cannabis, lesquelles encouragent les consommations de ces produits. Les aides à la création audiovisuelles participeraient ainsi involontairement à l’augmentation des consommations de ces produits, lorsqu’elles ne comportent aucune restriction.

Les auteurs recommandent donc d’inclure des restrictions dans les aides à la création si les films et programmes financés par les fonds publics contiennent des scènes montrant des produits du tabac ou du cannabis. Ces restrictions devraient normalement conduire les producteurs à ne plus inclure de scènes montrant ces produits, ce qui devrait se traduire ensuite par des réductions des consommations et une amélioration de la santé globale des populations. La production audiovisuelle étatsunienne étant très largement exportée à travers plus de 130 pays, une réduction du nombre d’images de tabac et de cannabis dans les productions étatsuniennes devrait également profiter aux populations du monde entier.

En France, le Livre Blanc publié en mai 2023 par le Comité national contre le tabagisme (CNCT) proposait, de façon similaire, de conditionner les aides publiques à la création audiovisuelle à la disparition progressive des scènes montrant du tabac sur les écrans, petits ou grands. Cette option paraît plus efficace pour agir sur les comportements de santé que la simple diffusion d’avertissements sanitaires dans les programmes montrant des scènes de tabagisme, comme c’est à présent le cas en Inde pour les plateformes de streaming. Une autre modalité, développée aux Etats-Unis, consiste à classifier comme étant réservés aux adultes les films montrant des scènes de tabagisme, ce qui limite la taille de leur public et peut influer sur les choix des producteurs.

Mots-clés : création audiovisuelle, aides publiques, images du tabac, cannabis

©Génération Sans Tabac

MF


[1] Wakefield TD, Guillory J, Ling P, et al. Descriptive cross-sectional survey of tobacco and cannabis restrictions on state and local film incentives in the USA, Tobacco Control, Published Online First: 21 November 2023. doi: 10.1136/tc-2023-058197

[2] Le cannabis récréatif est actuellement en vente libre dans un tiers des états étatsuniens, le cannabis à usage médical est également disponible dans un autre tiers des états.

Comité national contre le tabagisme |

Publié le 1 décembre 2023